Ecoutez Radio Sputnik
    Une balance

    Voici comment des pensées positives pourraient vous aider à maigrir

    CC0 / Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    130

    Une nouvelle méthode pour perdre du poids a été découverte par des scientifiques britanniques autrichiens. Ils ont établi un lien entre la visualisation d’un résultat ultime, la motivation et l’amaigrissement.

    D'après des scientifiques britanniques et autrichiens, la visualisation de votre but pourrait vous aider à maigrir. Quant à la motivation à maigrir, elle n'est pas si fructueuse. Les résultats de leur étude sont évoqués par le site EurekAlert!

    Ils ont fondé leurs hypothèses sur une expérimentation. Les chercheurs ont observé 140 volontaires divisés en deux groupes. Les participants du premier groupe ont eu des discussions autour de l'importance de maigrir, ainsi que de la motivation et des raisons pour lesquelles il faut le faire. Les volontaires du deuxième groupe ont été amenés à visualiser leur but final et ce qu'ils pourront faire quand ils seront minces.

    Au bout de six mois, les personnes du groupe discutant autour de la motivation ont perdu seulement un demi-kilo en moyenne. Les autres ont maigri de six kilogrammes.

    L'une des auteurs de la méthode, la professeure Jackie Andrade, a expliqué que les images provoquaient un fort effet émotionnel. D'après elle, lors de l'expérimentation, les scientifiques ont utilisé des motifs pensés pour renforcer la confidence des participants dans la possibilité d'atteindre leurs buts. Ces visualisations ont soutenu la motivation des personnes, quand elles ont rencontré des problèmes pendant la période d'amaigrissement.

    Lire aussi:

    Un nouveau remède contre l’insomnie découvert
    Se peser tous les jours serait une astuce efficace pour maigrir
    Une voiture a foncé volontairement sur une mosquée à côté de Lille, le suspect recherché
    Tags:
    motivation, visualisation, santé, scientifiques britanniques, poids
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik