Ecoutez Radio Sputnik
    masque a gaz

    Ces animaux qui ont poussé le monde vers la catastrophe écologique

    © AFP 2018 EMMANUEL DUNAND
    Sci-tech
    URL courte
    327

    L'homme n'est pas le seul à polluer l'environnement: les vaches, les moutons, les castors, les arbres ainsi que les microorganismes ont commencé à transformer activement la planète bien avant l'apparition des humains.

    Qui sont ces autres êtres vivants qui ont poussé la biosphère au bord de la survie?

    L'oxygénation de la nouvelle atmosphère

    Pendant très longtemps, l'hydrosphère et l'atmosphère de la Terre étaient dénuées d'oxygène. Le CO2, le méthane, le sulfure d'hydrogène et l'ammoniac prédominaient dans l'air et dans l'eau. La planète était donc essentiellement peuplée d'organismes anaérobies n'ayant pas besoin d'oxygène. La nourriture suffisait pour tous et les anaérobies prospéraient. Il y a environ 2,5 milliards d'années — voire plus tôt — les cyanobactéries ont appris à fabriquer de l'oxygène libre, ce qui a marqué le début de la fin du monde tel qu'il existait jusqu'alors.

    D'abord, l'oxygène libre produit par les microorganismes a été absorbé par les roches des montagnes et la couche d'ozone s'est formée. Quand les roches de surface et les gaz se sont oxydés, l'oxygène est parti dans l'atmosphère. Il y a environ 850-600 millions d'années, sa teneur est devenue si élevée que l'air est devenu littéralement empoisonné.

    Ce fut une véritable catastrophe pour les anaérobies, sur lesquels l'oxygène agit comme un terrible poison: la majeure partie des organismes protérozoïques a donc disparu. Peu sont restés, et parmi eux nos ancêtres lointains qui ont réussi à s'adapter et à s'habituer au gaz mortel.

    Ce qui, d'ailleurs, a été bénéfique pour eux: l'échange oxygéné permet d'obtenir bien plus d'énergie et donc d'augmenter la taille du corps et de synthétiser de nouvelles substances. Plus la cellule est grande, plus elle contient d'ADN et plus sa structure est complexe — par conséquent il y a une chance que l'organisme devienne multicellulaire. Ainsi, cette catastrophe écologique préhistorique a constitué le premier pas vers l'apparition de l'homme.

    Les poissons sortent de l'eau

    Il y a 400 millions d'années, pendant le Dévonien, le climat était très chaud sur Terre et les bassins peu profonds s'asséchaient constamment. Au contraire, les plus grands étaient remplis de plantes de plusieurs mètres qui tombaient à cause de leur système racinaire sous-développé.

    A notre époque, des myriades d'organismes décomposeurs se seraient jetés sur la matière organique pour la transformer en matière non organique ou en corps organiques simples. Mais à l'époque, ils étaient peu nombreux sur notre planète et n'arrivaient pas à digérer tous les troncs noyés. D'autant que la «digestion» des arbres consommait pratiquement tout l'oxygène contenu dans l'eau. C'est pourquoi, comme le souligne dans ses travaux l'anthropologue russe Stanislav Drobychevski, la mort massive était chose courante pour les poissons du Dévonien.

    Au final, les plus rusés d'entre eux, y compris nos ancêtres crossoptérygiens, se sont dotés de poumons et d'un cou. Et pour mieux contourner les tas d'arbres dans les bassins, ils ont d'abord marché sur le fond (les nageoires se sont transformées en membres coniques, devenus ensuite des pattes), avant de sortir à la surface.

    La menace des gaz à effet de serre

    La troisième grande catastrophe écologique pourrait se produire très bientôt à cause de l'effet de serre, qui entraîne un réchauffement climatique. Ce processus est dû non seulement à l'homme, mais aussi aux vaches — plus exactement à leur système digestif.

    L'intestin des vaches, pendant le processus de fermentation digestive, forme du méthane — l'un des principaux gaz à effet de serre. En émettant leur gaz, les animaux renforcent l'effet de serre.

    En 2006, les experts de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture ont déclaré que 18% des gaz à effet de serre «anthropogènes» étaient en réalité émis par le gros bétail. Deux ans plus tard, des chercheurs néerlandais ont calculé qu'une vache produisait 400 à 500 litres de méthane par jour. En donnant à l'animal des aliments plus nutritifs, la quantité de méthane émise diminuerait nettement.

    Cependant, la tâche n'est pas aisée, affirment les chercheurs allemands et britanniques. La qualité de la nourriture dépend de l'environnement et dans les régions plus chaudes, le fourrage est moins nutritif car avec des températures élevées la quantité des fibres difficiles à digérer dans les herbes augmente. Ainsi, le réchauffement climatique réduit la qualité de la nourriture et les vaches émettent davantage de méthane dans l'atmosphère, ce qui augmente encore la température. Il ne serait possible de stopper ce cercle vicieux qu'en réduisant significativement la quantité de bétail, estiment les spécialistes.

    Rivières marécageuses = atmosphère empoisonnée

    Hormis les vaches, les castors sont également responsables du réchauffement climatique. D'après les biologistes de l'université Cornell (USA), les barrages construits par ces animaux rendent marécageux les rives des bassins, ce qui émet du méthane et du CO2 dans l'atmosphère. Sachant que la quantité de méthane produite est dix fois supérieure à celle d'une zone marécageuse ordinaire.

    Des résultats similaires ont été obtenus par les collaborateurs de l'université de la Saskatchewan (Canada), qui ont montré que le castor canadien (Castor canadensis), augmentait significativement l'émission de méthane dans l'atmosphère en construisant des barrages et des cabanes.

    Au contraire, le castor ordinaire qui vit en Eurasie influence positivement la circulation du carbone. Après avoir étudié la population de ces animaux dans le bassin d'Ob, des chercheurs russes et français ont également constaté un haut niveau de CO2 et de méthane dans l'eau près des barrages. Mais ils ajoutent que l'activité des castors accélère le cycle local du carbone. De plus, les barrages retiennent des matières organiques empêchant le courant de les emporter dans l'Ob, ce qui permet de nourrir d'autres habitants du fleuve où les castors construisent un barrage.

    Ils ont tout mangé!

    Les moutons sont capables d'éradiquer toutes les plantes comestibles, y compris les racines. En rongeant l'écorce des arbres, ces animaux les condamnent à une croissance lente. Des chercheurs norvégiens et britanniques, qui ont observé pendant neuf ans un pâturage de brebis dans une forêt de bouleaux au sud de la Norvège, ont découvert que les anneaux de croissance des bouleaux dont se nourrissaient les moutons étaient bien plus étroits par rapport aux arbres épargnés. Les anneaux de croissance étroits témoignent généralement de conditions de température défavorables, quand les arbres manquent de matières nutritives. Selon ces informations, les animaux herbivores ralentissent encore plus la croissance des bouleaux, influençant ainsi le climat.

    Lire aussi:

    Des scientifiques auraient découvert des traces de vie sur Mars
    Trouver des extraterrestres pourrait devenir plus simple
    La teneur en oxygène continue de chuter dans les océans: que faire?
    Tags:
    catastrophe écologique, animaux
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik