Ecoutez Radio Sputnik
    île de Pâques

    Voici ce qui a permis aux habitants de l’île de Pâques d’échapper à une mort atroce

    © AFP 2018 GREGORY BOISSY
    Sci-tech
    URL courte
    2122

    Alors que les scientifiques se posent de nombreuses questions sur les mystérieux habitants de l’île de Pâques, des archéologues américains ont expliqué comment ils avaient appris à extraire l’eau douce de l’océan, lit-on sur le site Web de l'Université de Binghamton.

    Les anciens habitants de l'île de Pâques, dont le nom autochtone est Rapa Nui, ont maintenu une société de milliers de personnes en utilisant le déversement des eaux souterraines côtières comme source principale d'eau douce, selon une nouvelle étude réalisée par une équipe d'archéologues comprenant notamment des professeurs de l'Université de Binghamton, relate le site de l'établissement d'études supérieures.

    Pour parvenir à ces résultats, l'équipe a mesuré la salinité des eaux côtières autour de l'île de Rapa Nui afin de déterminer si la concentration en sel dans l'eau située près des côtes était suffisamment basse pour que l'homme puisse la boire sans risque pour sa vie. 

    Ainsi, après avoir mesuré le pourcentage de sel dans les eaux côtières, les chercheurs l'ont jugé sans danger pour l'homme en cas de consommation. Comme il n'y avait pas d'autre option s'agissant de trouver une source principale d'eau potable, les archéologues ont conclu que le processus d'évacuation des eaux souterraines côtières qui avait autorisé les Rapa Nui à collecter de l'eau douce potable directement à l'endroit où elle émergeait sur la côte de l'île, était le facteur essentiel de la subsistance d'une population importante sur l'île.

     

    Lire aussi:

    Les scientifiques dévoilent la cause exacte de la disparition d’une ancienne civilisation
    Chine: le «riz de mer» en vente libre?
    Israël risque de rester sans eau
    Tags:
    archéologie, histoire, science, eau potable, Chili
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik