Sci-tech
URL courte
116
S'abonner

Des spécialistes de l’entreprise Eset ont annoncé qu’un nouveau cheval de Troie bancaire, DanaBot, attaquait des utilisateurs européens. Il est diffusé par courriel aux internautes sous forme d’offre d’une banque qui contient des documents infectés. Après l’ouverture de ces fichiers, les hackers peuvent contrôler l’ordinateur à distance.

La société de sécurité informatique Eset prévient les utilisateurs européens d'internet de l'existence d'un nouveau cheval de Troie, baptisé DanaBot, dont ils pourraient être les victimes, selon le site officiel de l'entreprise. 

Suite à la découverte de ce cheval de Troie début 2018, il a été annoncé qu'il n'attaquait que des internautes australiens. Mais après plusieurs semaines, des Polonais, des Allemands, des Italiens, des Autrichiens ainsi que des Ukrainiens ont été victimes de DanaBot.

Les internautes reçoivent par courriel un lien contenant ce logiciel malveillant. Le courriel prend généralement la forme d'une offre bancaire avec des documents infectés en pièce jointe. Après l'ouverture de ces derniers, les hackers sont capables de contrôler l'ordinateur à distance. 

Grâce à cet accès, les intrus peuvent installer des programmes qui volent les mots de passe et autres données personnelles.

Selon les spécialistes, le logiciel est constamment modifié et testé sur des utilisateurs d'autres pays européens.

L'une de ses dernières fonctions est la possibilité d'installer à distance le navigateur Tor, qui est capable de créer un canal de communication anonyme caché qui est impossible de traquer entre l'utilisateur et le malfaiteur.

Lire aussi:

Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
La une du Monde sur Beyrouth avec une illustration du caricaturiste Plantu provoque un tollé
Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth, dont le directeur, en détention
Tags:
virus informatique, malware, sécurité, cyberattaque, internautes, banques, informatique, malfaiteurs, logiciel, attaque, Australie, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook