Ecoutez Radio Sputnik
    Anastasia Stepanova

    Future «martienne»: «Il se peut que nous paraissions même plus vieux que les Terriens»

    © Photo. mars society
    Sci-tech
    URL courte
    593

    Anastassia Stepanova, qui a déjà passé trois mois en 2014 en isolation complète dans une station de recherche située dans le désert de l'Utah aux États-Unis, est aujourd’hui la seule Russe sélectionnée pour participer à Mars 160, un autre projet d'étude de la Planète rouge. Sputnik a pu s’entretenir avec la future «martienne».

    Mars-160
    © Photo. mars society
    Mars-160

    La société et le monde en général ne feront que gagner à l'exploration de l'espace, si ce sont des humains et non des robots qui étudient l'espace, a déclaré à Sputnik Anastassia Stepanova, diplômée de l'Université Lomonossov de Moscou et collaboratrice de l'Institut des problèmes médico-biologiques de l'Académie des sciences de Russie.

    «Ils [les robots, ndlr] sont dotés d'intelligence artificielle qui n'est pas suffisamment développée. Le robot ne fait qu'exécuter les commandes et peut rater beaucoup de choses. […] Et l'homme, c'est un instrument multifonctionnel dans l'espace», a expliqué l'interlocutrice de l'agence.

    Et d'ajouter que lors d'une expédition sur Mars, il s'agissait avant tout d'utiliser les ressources de cette planète pour que les Terriens puissent y vivre à l'avenir.

    Mars-160
    © Photo. mars society
    Mars-160

    «Il s'agit de chercher l'eau et de l'extraire, d'établir finalement s'il y a une vie sur Mars», a estimé Anastassia.

    Elle a par ailleurs rappelé qu'une année sur Mars était deux fois plus longue que sur Terre.

    «Néanmoins, il se peut que nous paraissions même plus vieux que les Terriens, vu les conditions de vie sur la planète rouge», a supposé la jeune femme.

    Auparavant, elle a été sélectionnée pour participer au projet de colonisation de Mars lancé par la société privée Mars One. Ce projet commercial est dirigé par le Néerlandais Bas Lansdorp dont l'équipe compte huit collaborateurs. La société assure la sélection des futurs «martiens» et leur préparation au vol, mais ne s'occupe pas elle-même de la construction de vaisseaux spatiaux.

    Au départ, il était prévu de débarquer les premiers colons de Mars One en 2025, mais les délais ont été reportés sine die. La première colonie devrait être constituée de 24 Terriens.

    Mars-160
    © Photo. mars society
    Mars-160

    Mars 160 est un projet d'étude de la Planète rouge lancé par l'association sans but lucratif Mars Society en partenariat avec l'Institut des problèmes médico-biologiques de l'Académie des sciences de Russie. Dans son cadre, Anastassia Stepanova et les autres participants ont pour tâche de démontrer qu'il était possible de vivre dans des conditions comparables à celles de Mars.

    Mars-160
    © Photo. mars society
    Mars-160

    Lire aussi:

    L’espace, pour toujours: ces jeunes femmes russes préparent leur aller simple vers Mars
    À quand la colonisation de Mars? La date se précise
    Quels seront les défis des premiers colonisateurs de Mars?
    Tags:
    intelligence artificielle, robot, espace, Académie des sciences de Russie, Sputnik, Anastassia Stepanova, Bas Lansdorp, Utah, Mars, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik