Sci-tech
URL courte
1150
S'abonner

Des biologistes moléculaires de l’université Stanford ont mis au point un gel doublant la vitesse de régénération des coupures et d'autres blessures et ont déjà mené des expériences sur des souris. Selon les chercheurs, la nouvelle découverte permettrait de traiter même des blessures graves de combat.

Des biologistes américains de l'université Stanford ont créé un gel capable de doubler la vitesse de régénération. Les résultats de leurs recherches ont été publiés dans la revue Advances in Wound Care.

«Les blessures ne sont pas seulement guéries plus rapidement, mais une réelle régénération des tissus se produit — la coupure ne se couvre pas seulement avec la peau mais aussi, à l'intérieur, les follicules pileux et les autres glandes se forment. Une telle crème peut être utilisée pour le traitement des blessures, mais aussi pour des plaies de combat lourdes», a expliqué David Sharp de l'université Stanford.

Les scientifiques ont découvert un gène qui ralentit le mouvement des nouvelles cellules vers une blessure. De ce fait, ils ont décidé de bloquer temporairement ce gène afin de voir si cela peut aider la peau à se restaurer plus vite. Les scientifiques ont ajouté un microbicide à la substance. Puis, ils l'ont testée sur des souris victimes de brûlures ou de coupures de la peau.

David Sharp et ses collègues ont observé les rongeurs pendant deux semaines et ont contrôlé l'effet du gel. D'après leurs observations, ils ont conclu que les blessures avaient guéri deux fois plus vite. D'après la revue, les biologistes envisagent de lancer des essais cliniques avec des volontaires.

Lire aussi:

Deux voleurs s’accroupissent derrière un caddie pour se cacher de la police à Toulouse
Le prototype Starship de SpaceX réussit son atterrissage, puis explose
Un policier renversé et projeté au sol après avoir voulu contrôler un individu à motocross à Lyon
Un sous-marin US était prêt à couler des navires russes au large de la Syrie en 2018, selon Fox News
Tags:
gel, blessure, science
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook