Sci-tech
URL courte
160
S'abonner

Si certains se retrouvent embarrassés par des «trous de mémoire» après avoir bu un verre de trop lors d’une soirée bien arrosée, des scientifiques américains se disent prêts à expliquer ce phénomène.

Des spécialistes de l'Université Brown, aux États-Unis, se sont penchés sur le problème des troubles de la mémoire survenus après une consommation excessive d'alcool, relate la revue Neuron.

Au cours de leur étude, les chercheurs ont examiné la réaction des drosophiles à l'alcool afin de comprendre pourquoi certaines personnes oubliaient leurs actions lorsqu'ils étaient en état d'ivresse. Pour cela, ils ont implanté dans le génome de drosophiles des parties spéciales de l'ADN afin de pouvoir surveiller leur activité. Ensuite, ils ont observé des changements dans le comportement des insectes lorsqu'ils voyaient ou sentaient de l'alcool.

Il s'est avéré que l'alcool changeait le fonctionnement du génome Dop2R situé dans les neurones de la mémoire des drosophiles et forçait les cellules à opter pour un génome d'un autre type.

Dop2R forme les récepteurs de la dopamine, un neurotransmetteur qui permet la communication au sein du système nerveux, et l'une de celles qui influent directement sur le comportement. La vitesse de changement des types de récepteurs dépend de la quantité d'alcool consommée.

Selon les scientifiques, ces changements affectent le fonctionnement de l'hippocampe qui joue un rôle central dans la mémoire. Dans le même temps, cela empêche le cerveau de garder certains moments en mémoire.

Lire aussi:

Plus de 20.000 manifestants pour réclamer justice pour Adama, des gaz lacrymogènes tirés
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Violent incendie dans le IIe arrondissement de Paris - vidéo
Moscou réagit à l'attaque de la police US contre une journaliste de Sputnik
Tags:
mémoire, santé, science, alcool
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook