Ecoutez Radio Sputnik
    Manipur

    Des chercheurs expliquent l’intérêt de se faire retirer l’appendice

    CC BY 2.0 / Jake Guild / Manipur (Portfolio)
    Sci-tech
    URL courte
    483

    La maladie de Parkinson pourrait prendre sa source dans l’appendice, selon une nouvelle étude de scientifiques américains qui se sont penchés sur le développement de cette maladie dégénérative.

    La récente analyse des dossiers médicaux de plus d'un million de patients en Suède a démontré que se faire retirer l'appendice pourrait réduire de 19% le risque de développer la maladie de Parkinson, relate le journal The Guardian. Les résultats sont les derniers en date à impliquer l'intestin et le système immunitaire dans la genèse de la maladie, dans laquelle la perte de neurones de la zone du cerveau qui contrôle le mouvement provoque des frissons et des troubles de la parole.

    «Malgré sa réputation d'être inutile, l'appendice joue en fait un rôle majeur dans notre système immunitaire, dans la régulation du développement de la microflore dans nos intestins et, comme le démontre notre étude, dans le développement de la maladie de Parkinson», explique Viviane Labrie, professeure au Van Andel Institute (Michigan, États-Unis) et auteur principale de l'étude.

    D'après Mme Labrie, cette découverte pourrait ouvrir la voie à de nouvelles stratégies de traitement prenant en compte le rôle du tractus gastro-intestinal dans le développement de la maladie.

    L'étude a également révélé que l'appendice constituait un important réservoir de certaines protéines, appelées alpha-synucléine, qui sont étroitement liées à l'apparition et à la progression de Parkinson, fournissant ainsi une explication biologique potentielle à ce lien.

    De manière inattendue, des traces de ces protéines «anormales» ont également été retrouvées chez des personnes en bonne santé, ce qui montre que leur seule présence ne suffit pas à provoquer la maladie. Il est donc possible, suppose la chercheuse, que la maladie de Parkinson se déclenche dans les rares cas où la protéine quitte l'appendice et affecte le nerf vague, qui relie l'intestin au tronc cérébral.

    Cette étude, publiée dans la revue Science Translational Medicine, met en évidence l'existence d'un lien éventuel entre une appendicectomie et la maladie de Parkinson, poursuit le journal.

    Mme Labrie a toutefois indiqué que le fait de se faire retirer l'appendice était lié à une diminution du risque et non à une protection complète, ce qui suggère qu'il pourrait y avoir plusieurs sites d'origine de la maladie dans l'organisme du patient.

    Lire aussi:

    Ce moyen pour détecter une maladie mortelle avant qu’il ne soit trop tard
    Un logiciel de diagnostic précoce de l’évolution de la maladie de Parkinson créé en Russie
    Ces maladies ont été prédites à des milliers d’Européens
    Tags:
    maladie de Parkinson, médecine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik