Sci-tech
URL courte
5120
S'abonner

Le lanceur russe Soyouz a placé «avec succès» en orbite polaire le satellite MetOp C, dédié à la météorologie appliquée.

Le lanceur russe Soyouz-ST-B parti dans la nuit de mardi à mercredi depuis le cosmodrome de Kourou en Guyane, a mis en orbite le satellite européen MetOp-C, annonce l'Agence spatiale européenne.

Selon cette dernière, l'opération s'est déroulée sans la moindre anicroche et MetOp-C est désormais en orbite.

Abréviation de Meteorological operational polar satellite, MetOp-C est un satellite dédié à la météorologie appliquée. Il a été lancé sur une orbite polaire héliosynchrone avec comme paramètres visés une altitude de séparation de 811 km inclinée de 98.37°.

Le « C » signifie que ce satellite est le troisième de la série de satellites du Système polaire d'Eumetsat (EPS), exploité depuis 2006. Les satellites de cette série sont tous en orbite polaire. Ils sont indispensables aux prévisions météorologiques numériques de 12 heures à 10 jours à l'avance et sont aussi la composante européenne du système de satellites polaires météorologiques commun à l'Europe et aux États-Unis.

Les instruments qui équipent ces satellites ont largement amélioré les prévisions météorologiques et la surveillance du climat.

Le projet Soyouz est réalisé au Centre spatial guyanais sur la base d'un accord intergouvernemental entre la Russie et la France signé en novembre 2003. L'agence Roscosmos est responsable de la réalisation du programme du côté russe et coordonne le travail avec les entreprises russes de l'industrie spatiale impliquées dans le programme.

Lire aussi:

Le coronavirus fera-t-il de la Chine le nouveau maître du monde?
Trump réagit à l’envoi de matériel médical par la France à l’Iran
Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Diminution du nombre de personnes en soins intensifs en France, une première depuis le début de l'épidémie
Tags:
mise en orbite, satellite, Soyouz-ST, Kourou
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook