Sci-tech
URL courte
1101
S'abonner

Des chercheurs américains de l’université Vanderbilt ont découvert qu’il fallait arrêter de fumer au plus tard à l’âge de 40 ou 45 ans. Dans le cas contraire, des problèmes graves sont inévitables et l’organisme risque de ne pas s’en remettre.

Les gros fumeurs doivent arrêter cette mauvaise habitude au plus tard à l'âge de 40 ou 45 ans, ont découvert des scientifiques de l'université Vanderbilt de Nashville, dans le Tennessee, cités par les médias. Pendant 16 ans, ils ont effectué une étude à laquelle ont participé 9.000 personnes qui avaient 27 ans au début de l'expérience.

Selon les chercheurs, l'effet positif d'arrêter de fumer n'arrive pas immédiatement. Le risque d'infarctus, d'attaque cérébrale et d'autres problèmes de cœur réduit de 38% après cinq ans sans tabac. La normalisation du système sanguin demande au moins 15 ans.

Cela étant, la consommation d'un paquet de cigarettes par jour pendant plus de 20 ans entraîne un infarctus ou une attaque cérébrale dans 70% des cas. De plus, fumer du tabac accélère le vieillissement des organes.

Ainsi, ceux qui ne cessent pas de fumer après cet âge font face à de sérieux problèmes de santé et leur organisme se restaurera à peine, concluent les chercheurs.

Lire aussi:

Un confinement préventif avant Noël est-il envisagé? Olivier Véran répond
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
La vidéo de la «destruction de chars» azerbaïdjanais partagée en ligne par la Défense arménienne
Tags:
attaque cérébrale, infarctus, âge, santé, fumer, chercheurs, Tennessee, Nashville, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook