Ecoutez Radio Sputnik
    Astéroïde Oumuamua

    La Nasa perce certains des mystères de l'astéroïde interstellaire Oumuamua

    CC BY 4.0 / ESO/M. Kornmesser / Artist’s impression of the interstellar asteroid `Oumuamua (cropped photo)
    Sci-tech
    URL courte
    567

    L'analyse de l'ensemble des données recueillies sur l'astéroïde interstellaire Oumuamua depuis sa découverte a permis à des scientifiques de la Nasa de réévaluer sa taille et d'établir pourquoi ce corps céleste n'est plus visible de la Terre.

    Des scientifiques du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa ont essayé d'expliquer le nombre d'anomalies qui ont été observées depuis la détection de l'astéroïde Oumuamua en octobre 2017.

    Il s'agit surtout de la difficulté avec laquelle les astronomes ont suivi le mouvement de l'astéroïde. Ainsi, deux mois après qu'il a commencé à se rapprocher du Soleil, le télescope Spitzer n'était plus en mesure de le voir.

    «Cette non-détection [de l'astéroïde par Spitzer] est importante et établit de nouvelles limites quant à la taille et la composition de l'objet», estime David E. Trilling de l'Université d'Arizone du Nord.

    Le fait qu'Oumuamua est trop terne pour être détecté par Spitzer impose une limite à la surface totale de l'objet. Cependant, la non-détection ne peut pas être utilisée pour déduire une forme et les limites de taille sont présentées comme si Oumuamua avait une forme sphérique. À l'aide de trois modèles distincts que proposent des hypothèses légèrement différentes sur la composition de l'objet qui détermine la visibilité du corps, le «diamètre sphérique» d'Oumuamua a été limité à 440 mètres, à 140 mètres ou peut-être même à 100 mètres.

    En outre, les observations que Spitzer a réussi à faire dans le spectre infrarouge témoignent du fait que la surface de l'astéroïde est environ dix fois plus réfléchissante que celle des astéroïdes qui ne quittent pas notre système solaire.

    Comme elle représente en grande partie un rayonnement thermique produit par des objets «chauds», la lumière infrarouge peut être utilisée pour déterminer la température d'une comète ou d'un astéroïde. À son tour, cela peut être utilisé pour déterminer la réflectivité de la surface de l'objet, ce que les scientifiques appellent albédo. Tout comme un t-shirt sombre exposé au soleil chauffe plus rapidement qu'un de couleurs claires, un objet à faible réflectivité retient plus de chaleur qu'un objet à forte réflectivité. Donc, une température plus basse signifie un albédo plus élevé.

    L'albédo d'une comète peut changer tout au long de sa vie. Lorsqu'elle passe près d'une étoile, les couches superficielles d'une comète se réchauffent et se transforment en gaz. La glace du noyau devient alors plus réfléchissante.

    Ainsi, l'astéroïde Oumuamua qui voyage dans l'espace interstellaire depuis des millions d'années, loin de toute étoile capable de réchauffer sa surface, a changé d'apparence après s'être approché de notre Soleil, un peu plus de cinq semaines avant sa découverte. En plus, il est possible qu'une partie du gaz libéré ait pu recouvrir la surface d'Oumuamua d'une couche réfléchissante de glace et de neige, un phénomène également observé dans les comètes de notre système solaire.

    Lire aussi:

    Des chercheurs se préparent à recevoir le premier signal extraterrestre
    La «Patrie» du premier astéroïde interstellaire enfin découverte
    D'où vient le premier «astéroïde-migrant» de l'histoire?
    Tags:
    astéroïde, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik