Sci-tech
URL courte
7311
S'abonner

Des chercheurs ont trouvé le moyen de bloquer à l'étape précoce le développement des tumeurs malignes au niveau des articulations, selon une nouvelle étude publiée par le journal scientifique en ligne eLife.

Une équipe de scientifiques américano-européenne affirme savoir comment arrêter le développement des tumeurs malignes autour des articulations et des tendons.

Selon une nouvelle étude publiée par le journal scientifique en ligne eLife, les chercheurs ont déterminé qu'une protéine spéciale, la BRD9, était essentielle à la croissance et à la survie des cellules du sarcome synovial. Les expériences en laboratoire ont prouvé que sa neutralisation pourrait prévenir l'apparition et le développement de tumeurs, a indiqué Gerard Brien, qui a dirigé l'une des équipes au centre de recherche sur le cancer Dana-Farber.

Cette étude devrait ouvrir la voie à de futures recherches sur la manière dont la dégradation de la BRD9 qui pourrait être exploitée pour développer de nouveaux traitements contre la maladie. Et bien qu'il semble toujours aussi difficile de diagnostiquer ce cancer à l'étape où il ne provoque aucun symptôme, il serait possible de relever des cas au stade précoce chez les patients qui ont des facteurs de risque.

Le sarcome synovial s'attaque aux tissus mous n'importe où dans le corps, même au niveau du cerveau et du cœur, mais apparaît le plus souvent près du genou. Et bien que le développement de la tumeur n'entraîne pas obligatoirement de symptômes perceptibles au début, il peut provoquer un gonflement, un engourdissement ou une douleur en cas de pression sur les nerfs.

Lire aussi:

Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Trump annonce à quelle condition il quittera la Maison-Blanche
Le navire russe devant poser le Nord Stream 2 rentre d'Allemagne à Kaliningrad
Tags:
cerveau, traitement, étude, tumeur, expérience, protéines, chercheurs, cancer, eLife, Institut Dana-Farber
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook