Ecoutez Radio Sputnik
    Lingots d'or

    Une nouvelle percée dans le monde scientifique: de l’or fondu à température ambiante

    © Sputnik . Vitaliy Bezrukikh
    Sci-tech
    URL courte
    6203

    Une percée scientifique dans le domaine de la chimie a été réalisée par des spécialistes suisses qui ont réussi à faire fondre de l’or à température ambiante, chose qui jusqu’aujourd’hui semblait être impossible.

    Une équipe de chercheurs suisses a réalisé une percée scientifique en faisant fondre la surface de l'or à température ambiante au microscope électronique à transmission, a rapporté la revue Physical Review Matherials.

    Alors qu'il étudiait les atomes de l'or, Ludvig de Knoop, du Département de physique de Chalmers, a placé un petit morceau de ce métal dans un microscope électronique. En l'observant au plus fort grossissement et en augmentant progressivement le champ électrique à des niveaux extrêmement élevés, il a été étonné de découvrir que les couches superficielles de l'or fondent.

    «J'ai été vraiment surpris par cette découverte. C'est un phénomène extraordinaire, et cela nous donne une nouvelle connaissance fondamentale de l'or», a-t-il déclaré.

    Après avoir mené davantage d'expériences et d'analyses, l'équipe de recherche a conclu que les champs électriques élevés sont responsables de la modification du comportement des atomes de l'or et de la fusion du métal.

    «La découverte du procédé par lequel les atomes d'or peuvent ainsi perdre leur structure est non seulement spectaculaire, mais aussi révolutionnaire sur le plan scientifique», précisent les auteurs de la recherche.

    Selon les spécialistes, cette découverte peut aider à développer de nouveaux types de transistors et de capteurs.

    Lire aussi:

    13 faits que vous ignoriez peut-être encore sur l'or
    Des chercheurs russes ont appris à utiliser les transferts d'énergie entre les atomes
    Les mines d'or s'épuisent rapidement
    Tags:
    découverte, chercheurs, science, or
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik