Ecoutez Radio Sputnik
    Manchot

    Comment une aire accueillant 1,5 million de manchots est restée cachée depuis 3.000 ans

    © Sputnik . Sergey Pyatakov
    Sci-tech
    URL courte
    3130

    Cette année, des scientifiques ont annoncé avoir découvert une colonie de 1,5 million de manchots Adélie dont personne ne savait rien auparavant. Ces manchots vivent sur une petite parcelle de l'Antarctique entourée de banquises, appelée les îles Danger, selon LiveScience.

    En mars 2018, une découverte incroyable a été annoncée par les scientifiques qui avaient examiné des taches de déjections sur des images satellites: 1,5 million de manchots Adélie vivaient et prospéraient sur les îles Danger en Antarctique. Selon LiveScience, cette nouvelle étude a été présentée mardi 11 décembre lors d'une réunion de l'American Geophysical Union.

    Le groupe de chercheurs a étudié pendant 10 mois des images satellite sans nuage du continent austral.

    «Nous pensions savoir où se trouvaient toutes les colonies de manchots [Adélie]», a déclaré Heather Lynch, écologiste à la Stony Brook University, lors d'une conférence de presse.

    Et cela, jusqu'à ce qu'un collègue de la NASA développe un algorithme qui automatise les détections. Cette automatisation a permis de signaler tous ces pixels des îles Danger que l'œil humain n'avait pas repérés. Et ce, seulement après que les chercheurs ont vu à quel point les îles Danger étaient parsemées d'excréments de manchot.

    «Je pense que nous l'avions manqué en partie parce que nous ne nous attendions pas à les trouver là-bas», a déclaré HeatherLynch.

    Elle a précisé que les îles Danger, entourées d'une épaisse couche de glace, étaient difficiles d'accès, ce qui excluait les recensements réguliers sur les lieux.

    «Dans cette région si petite qu'elle n'apparaît même pas sur la plupart des cartes de l'Antarctique», vivent plus de manchots Adélie que sur tout le reste du continent, a-t-elle ajouté.

    L'analyse des images satellite récentes et de celles datant de 1982 a permis de conclure que 1,5 million de manchots Adélie n'est pas un chiffre aussi important qu'il aurait pu l'être. Les chercheurs ont constaté que leur population avait probablement atteint son maximum à la fin des années 1990 et connaissait «un déclin lent, mais constant, depuis». Selon Heather Lynch, cette baisse «n'est pas catastrophique», mais de l'ordre de 10 à 20%.

    Elle a signalé que la colonie de manchots Adélie sur le continent était en déclin constant depuis 40 ans, étant donné que leur habitat était durement touché par le changement climatique.

    «Nulle part le climat ne change plus rapidement qu'en Antarctique», a déclaré Hearher Lynch.

    La datation radiocarbone des os et des œufs trouvés par les chercheurs sur les îles Danger a révélé que ces manchots s'y étaient installés depuis 2800 ans.

    Lire aussi:

    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    La gendarmerie italienne donne des précisions sur le randonneur français retrouvé mort
    Tags:
    réchauffement climatique, colonies, manchots Adélie, îles Danger, Antarctique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik