Sci-tech
URL courte
230
S'abonner

Les excès d’alcool et de nourriture durant les fêtes de fin d’année sont lourds de conséquences pour la santé. Des chercheurs suédois ont confirmé les conclusions de leurs prédécesseurs après avoir étudié pendant 15 ans des personnes malades du cœur.

Lors du réveillon de Noël, l'on abuse souvent de nourriture et d'alcool, ce qui favorise les infarctus, selon une étude suédoise publiée par le British Medical Journal.

Les aliments gras et ultra-sucrés, accompagnés de champagne et de vin, nous font plaisir mais créent des risques pour la santé. Les risques d'infarctus du myocarde augmentent de 37% le soir du 24 décembre, le pic se situant aux alentours de 22 heures, selon l'étude.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont étudié pendant 15 ans les cas de 283.000 personnes, essentiellement des victimes d'infarctus ayant été hospitalisées. La nouvelle recherche a confirmé les conclusions des précédentes études.

Les personnes âgées de 75 ans et plus courent un plus grand risque, surtout si elles souffrent de diabète ou d'une maladie des artères du cœur.

Généralement, les risques d'infarctus connaissent une hausse de 15% lors des fêtes de fin d'année. Le 1er janvier, la probabilité de mourir d'une crise cardiaque augmentent même de 20%. Bien que les causes précises de cette importante augmentation des risques ne soient pas encore établies, certains chercheurs supposent que l'excès de nourriture et d'alcool y jouent leur rôle.

Lire aussi:

Sofagate: Charles Michel s’est repassé «150 fois le film» et «ne dort pas bien»
Véran annonce l’ouverture de la vaccination aux plus de 55 ans
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Il donne des coups de pied à une voiture de police de Sevran, son interpellation dégénère – vidéo
Tags:
alcool, science, fête, nourriture, santé, infarctus, Noël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook