Ecoutez Radio Sputnik
    Espace

    Vie extraterrestre: deux nouvelles théories qui ruinent et ressuscitent vos espoirs

    CC0 / DasWortgewand
    Sci-tech
    URL courte
    403016

    À l’aide de deux modélisations de colonisation interplanétaire, un astrophysicien français explique pourquoi l’humanité n’a jamais détecté aucune trace de civilisations extraterrestres.

    Y a-t-il jamais eu des civilisations avancées, hormis la nôtre, dans notre galaxie? Au fil du temps, la question ne perd pas de son intérêt. Dans une vaste tribune publiée dans Le Figaro, l'astrophysicien au Commissariat à l'énergie atomique Roland Lehoucq explique à l'aide de deux théories permettant de modéliser la colonisation galactique pourquoi l'humanité n'a jamais trouvé aucune trace de civilisations extraterrestres.

    La première de ces théories se fonde sur les équations régissant la dynamique des populations et la diffusion de la matière. En guise d'exemple, le chercheur cite la plus proche planète potentiellement habitable découverte en 2011 près de l'étoile Gliese 581. Pour atteindre cette planète en un temps raisonnable, il faut que le vaisseau se déplace à un dixième de la vitesse de la lumière, ce qui est technologiquement imaginable, même si la réalisation pratique d'un tel projet n'est pas pour demain, constate le scientifique.

    Poursuivant ses calculs, M.Lehoucq explique que 20 millions d'années suffisent pour franchir la distance qui nous sépare du bord opposé de notre galaxie. Cette durée est très petite par rapport à l'âge de notre galaxie, estimé à 10 milliards d'années, ainsi qu'à l'histoire évolutive du vivant (3,8 milliards d'années).

    Il faut noter en outre qu'il n'a fallu que 10.000 ans à l'humanité pour passer de l'âge de la pierre à l'ère spatiale. De ce fait, n'importe quelle civilisation apparue avant nous il y a assez longtemps aurait dû avoir le temps de coloniser la galaxie toute entière, conclut le chercheur.

    Le second scénario de colonisation interplanétaire repose sur la théorie de la percolation, qui permet notamment de décrire la façon dont se propagent les incendies. Ainsi, pour tout système planétaire, il n'y a qu'un petit nombre de planètes colonisables situées à une distance raisonnable, mais, compte tenu des distances qui séparent les étoiles, il faut conclure que ces colonies évolueront indépendamment de la civilisation mère.

    Ce modèle permet, selon M.Lehoucq, d'avancer deux explications à l'absence d'une visite extraterrestre sur Terre: si la probabilité qu'une colonie en établisse une autre est infime, la progression de la civilisation dans l'espace s'arrête rapidement; mais si cette probabilité est supérieure à la probabilité critique, il peut toujours s'avérer que la Terre est située dans l'une des régions non colonisées.

    Pourtant, le chercheur garde un certain optimisme à ce sujet et souligne que l'existence de civilisations extraterrestres avancées est compatible avec le fait que nous n'en ayons jamais croisé. Or, un bon moyen de savoir s'il en existe vraiment serait pour les Terriens de s'aventurer eux-mêmes dans la colonisation de la galaxie, conclut-il.

    Lire aussi:

    L’extermination des aliens par les humains annoncée
    L'humanité pourrait recevoir des signaux de civilisations extraterrestres... mais éteintes
    L'humanité disparaîtra-t-elle avant l'extinction du Soleil?
    Tags:
    humanité, vaisseau spatial, galaxie, étoile, colonisation, civilisation, vie extraterrestre, Commissariat français à l'énergie atomique (CEA), Roland Lehoucq, Terre, Système solaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik