Sci-tech
URL courte
92211
S'abonner

L'astéroïde, qui a tué les dinosaures, a également créé un tsunami colossal avec des vagues pouvant atteindre jusqu’à 1,5 km, selon les chercheurs de l’Université du Michigan qui ont créé une nouvelle simulation vidéo de l'impact et des conséquences de la catastrophe naturelle, lit-on sur la plateforme Live Science.

Il y a  plus de 66 millions d'années, lorsque l'astéroïde de Chicxulub s'est écrasé sur terre, il aurait exterminé les dinosaures et créé un énorme tsunami, apprend-on d'une étude des chercheurs de l'Université du Michigan publiée sur la plateforme d'information Live Science.

Selon cette recherche, le tsunami causé par l'impact de l'astéroïde était différent de tout ce que l'humanité a connu jusqu'ici, ses vagues pouvant atteindre jusqu'à 1,5 km.

«Ce doit être l'un des plus grands tsunamis de tous les temps», a déclaré l'océanographe Brian Arbic.

Après la vague de presque un kilomètre, qui représente juste «le souffle initial de l'eau loin de l'impact», l'eau retourne dans le cratère laissé par l'impact de l'astéroïde, déclenchant une autre vague massive.

Cet impact aurait été ressenti dans le monde entier, avec des vagues atteignant 14 mètres dans les océans Atlantique et Pacifique et devenant de plus en plus hautes à l'approche des terres, pendant que le golfe du Mexique était balayé par des vagues atteignant 100 mètres de hauteur.

Par ailleurs, une seconde simulation présente les vagues causées par la chute de l'astéroïde encerclant le globe terrestre en moins de 24 heures et atteignant parfois jusqu'à 143 km/h.

Lire aussi:

Deux suppositoires par jour: l’Institut Pasteur de Lille teste un médicament contre le Covid
Financement libyen: après avoir violé son contrôle judiciaire, Mimi Marchand incarcérée
Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Une rave party de plus de 1.000 fêtards dégénère à Redon: main arrachée, tirs de LBD - images
Tags:
vague, science, histoire, dinosaures, tsunamis, astéroïde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook