Ecoutez Radio Sputnik
    Cette matière peut être utilisée non seulement pour soigner la peau, mais également dans le traitement des maladies inflammatoires des os telles que l'ostéoporose et l'ostéomyélite

    Un nouveau pansement biodégradable pour une meilleure guérison des plaies

    © Photo. Service de presse de la MISiS
    Sci-tech
    URL courte
    Technologies Made in Russia (141)
    181

    Une équipe de chercheurs de l'Université nationale de science et de technologies MISiS, en collaboration avec leurs confrères de l'Institut de technologies d'Europe centrale (Brno, République tchèque) et d'autres universités tchèques, ont mis au point une matière biodégradable à action antibactérienne pour panser les plaies.

    Ces bandages exercent une action ciblée, leur effet est de longue durée et ne nécessite pas de changements: un nouveau pansement peut être apposé directement sur le précédent. L'article présentant cette étude a été publié dans la revue Materials and Design.

    L'histoire des pansements traverse de nombreuses époques et est liée aux noms d'Hippocrate, de Paracelse et d'autres guérisseurs mondialement connus. Les anciens pansements de lin et de coton étaient imbibés d'huiles. Au XIXe siècle, Nikolaï Pirogov a suggéré un traitement antiseptique des plaies: leur lavage avec une solution et l'utilisation de pansements de gaze améliorant l'évacuation des flux.

    Cependant, même les soins contemporains des brûlures et des coupures nécessitant un traitement antiseptique, des antibiotiques et un changement régulier de pansements, provoquent des effets secondaires. Ainsi, les antibiotiques ne tuent pas seulement les bactéries dangereuses mais également les bactéries utiles. Et le changement de pansement rompt l'intégrité des surfaces qui viennent de guérir, ce qui est douloureux pour les patients.

    Les chercheurs de la MISiS et leurs confrères européens ont ainsi mis au point un pansement biocompatible capable d'agir de manière ciblée sur le foyer de l'inflammation sans qu'il soit nécessaire de le changer: en libérant l'antibiotique, les pansements se dissolvent progressivement sur la peau. En cas de besoin, un nouveau pansement peut être apposé sur l'ancien.

    «Notre élaboration est basée sur la nanofibre de polycaprolactone — une matière biocompatible et autodégradable. Nous avons ajouté aux fibres de la gentamicine, qui est un antibiotique à large spectre d'action. Curieusement, l'action s'est avérée prolongée: nous avons observé une réduction significative du nombre de bactéries même 48 heures après l'application de la matière. En général, les surfaces à effet antibactérien arrivent au bout de leur potentiel en un jour, voire quelques heures après l'application», a déclaré Elizaveta Permiakova, co-auteure de l'étude et collaboratrice du laboratoire des nanomatériaux non organiques de la MISiS.

    L'expérience a été menée en utilisant trois souches de bacille intestinal (bactérie Escherichia coli). Ces trois souches ont résisté différemment à l'antibiotique, mais dans les trois cas les chercheurs ont observé un puissant effet antibactérien.

    Les spécialistes indiquent que cette matière peut être utilisée non seulement pour soigner la peau, mais également dans le traitement des maladies inflammatoires des os telles que l'ostéoporose et l'ostéomyélite.

    Les chercheurs continuent de tester et d'étudier cette matière: il est prévu d'essayer d'ajouter d'autres antibiotiques comme la ciprofloxacine, un antibiotique de nouvelle génération auquel plupart des types de bactéries n'y ont pas encore développé de résistance. De plus, il est prévu d'accroître l'efficacité de la matière en créant des modèles multicouches (un antibiotique, de l'héparine pour réduire la coagulation du sang à la surface de la plaie, et une nouvelle couche d'antibiotique).

    Dossier:
    Technologies Made in Russia (141)

    Lire aussi:

    La viande de bœuf pourrait présenter un danger mortel à cause de superbactéries
    Les bactéries mutantes élevées sur l’ISS développent des propriétés incroyables
    Les bactéries s’entendent pour résister aux antibiotiques
    Tags:
    soins, antibiotiques, recherche, médecine, bactérie, Université nationale de technologie et de recherche (MISIS), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik