Ecoutez Radio Sputnik
    Antarctique

    La fonte de l’Antarctique réserverait une catastrophe plus proche que prévu

    CC0 / Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    251616
    S'abonner

    La fonte des glaces antarctiques est plus rapide que jamais et risque de provoquer une élévation désastreuse du niveau des océans dans les prochaines années, selon une étude américaine.

    Le rythme des pertes annuelles de l'Antarctique en glaces est aujourd'hui six fois plus élevé qu'il y a 40 ans, ce qui entraîne une hausse de plus en plus importante du niveau des océans, d'après la revue Comptes-rendus de l'Académie des sciences des États-Unis.

    Selon les auteurs de l'étude, établie sur des photographies aériennes et des images radar provenant de satellites de plusieurs agences spatiales, l'amoindrissement des glaces antarctiques est responsable d'une montée de 1,4 centimètre du niveau des océans de la planète entre 1979 et 2017.

    Eric Rignot, de l'Université de Californie (Irvine), souligne que le rythme de fonte anticipé devrait entraîner une élévation désastreuse de ce niveau dans les prochaines années. Des recherches précédentes avaient démontré qu'une montée de 1,8 mètre d'ici 2100 entraînerait la submersion de nombreuses villes côtières, certaines abritant des millions de personnes.

    Les scientifiques ont établi qu'entre 1979 et 1990, l'Antarctique avait perdu 40 milliards de tonnes de masse glaciaire par an en moyenne. À partir de 2009 et jusqu'en 2017, cet indice est passé à 252 milliards de tonnes chaque année.

    Pire, ce phénomène s'avère impossible à combattre: les chercheurs estiment que le réchauffement de l'eau des océans accélérera encore davantage la fonte des glaces, indépendamment des efforts réalisés pour arrêter le changement climatique.

    Tags:
    glace, inondation, réchauffement climatique, fonte des glaces, Université de Californie à Irvine, Académie américaine des sciences (PNAS), Eric Rignot, Antarctique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik