Sci-tech
URL courte
10101
S'abonner

Une équipe internationale de chercheurs est parvenue à la conclusion que l’obésité, la sous-nutrition et le changement climatique constituaient les principales menaces pour l’avenir de l’humanité. Elle appelle ainsi à encadrer les multinationales de l'alimentaire de la même manière que celles du tabac.

Obésité, sous-nutrition et changement climatique sont les trois facettes d'une même menace pour l'humanité et il faut les combattre globalement, affirment des spécialistes réunis en collectif par The Lancet.

Cette revue médicale britannique a publié lundi le rapport de ces experts, venus de l'Université d'Auckland (Nouvelle-Zélande), de l'Université George Washington (États-Unis) et de l'ONG World Obesity Federation.

«Ces 20 dernières années, obésité, sous-nutrition et changement climatique ont été considérés séparément et la lenteur des réponses politiques est inacceptable», peut-on lire dans le rapport en guise de préambule. «Ces trois phénomènes interagissent: le système alimentaire est non seulement responsable des pandémies d'obésité et de sous-nutrition, mais génère aussi 25 à 30% des émissions de gaz à effet de serre».

Selon les experts, ces trois maux «ont des moteurs communs»: «de puissants intérêts commerciaux, une réponse politique insuffisante et un manque de mobilisation de la société civile». «Sous-nutrition et obésité vont sans doute être considérablement aggravés par le changement climatique», mettent-ils en garde.

«Il faut prendre conscience de ces connexions», souligne l'une des auteurs du rapport, le professeur Corinna Hawkes, qui prône une réponse globale.

Cette réponse combinerait politiques de santé publique (recommandations en faveur de régimes alimentaires sains, promotion de l'activité physique…) et des politiques budgétaires et fiscales (financement de modes de production durables, taxes pour faire baisser la consommation de viande rouge ou favoriser le transport non-motorisé…). Pour les auteurs du rapport, les multinationales de l'alimentaire doivent être encadrées de la même manière que celles du tabac.

Selon l'OMS, 1,9 milliard d'adultes dans le monde sont en surpoids, dont 650 millions obèses, ce qui est un facteur de risque pour le diabète, les maladies cardio-vasculaires et le cancer.

Lire aussi:

Les soignants et pompiers non vaccinés résistent malgré les premières sanctions de Véran
«Éric Zemmour continue de me harceler», affirme la chroniqueuse Hapsatou Sy
Obligation vaccinale: 3.000 soignants suspendus et «quelques dizaines de démissions»
L'Australie rompt l'accord avec la France sur les sous-marins
Tags:
États-Unis, Nouvelle-Zélande, humanité, réchauffement climatique, obésité
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook