Sci-tech
URL courte
0 230
S'abonner

Des scientifiques russes ont découvert trois virus en analysant des échantillons d’eau prélevés à deux kilomètres de profondeur en Sibérie. La découverte devrait aider à lever le mystère sur la vie de l’écosystème souterrain.

Une équipe de biologistes russes a découvert de l'ADN de virus bactériophages de l'ordre des Caudovirales dans de l'eau extraite à une profondeur de deux kilomètres en Sibérie occidentale, lit-on dans leur rapport publié dans la revue Data in Brief.

Selon une récente étude de chercheurs du programme international Deep Carbon Observatory, un richissime écosystème se trouve sous la terre et sous la mer, parfois jusqu'à plus de cinq kilomètres de profondeur. Cette diversité microscopique se trouve dans des conditions extrêmes, loin du soleil, à une chaleur insupportable, avec un manque de ressources nutritionnelles et à une forte pression.

La diversité de cet écosystème est équivalente à celle de l'Amazonie. Il comprend des représentants des trois domaines: bactéries, archées et eucaryotes. Des particules de virus ont également été découvertes dans la «biosphère souterraine» mais leur diversité est peu étudiée.

Les chercheurs russes ont procédé à une analyse métagénomique d'échantillons d'eau prélevés à une profondeur de deux kilomètres. Ces études permettent de comprendre petit à petit ce qui peuple le sous-sol et comment fonctionnent les écosystèmes souterrains. Les virus, par exemple, joueraient un rôle important dans le règlement du microbiote souterrain et l'évolution des microorganismes.

Lire aussi:

D’anciens tweets de Darmanin refont surface, une pétition exige sa démission
Cet homme potentiellement «dangereux» recherché par la police pour avoir enlevé ses enfants - photo
«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
«Je n’en ai pas les compétences»: quand Dupond-Moretti assurait ne jamais vouloir devenir ministre de la Justice - vidéo
Tags:
microbiologie, écosystème, virus, ADN, science, Sibérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook