Ecoutez Radio Sputnik
    Mars

    Fin de mission: la NASA annonce la mort du robot Opportunity après 15 ans de service

    CC0 / Nudelsuppe
    Sci-tech
    URL courte
    7102

    Une tempête de poussière qui avait frappé Mars en juillet dernier a empêché le robot de la NASA Opportunity de recharger ses batteries. Depuis, l’agence a tenté sans succès de rétablir la connexion avec l’appareil. Ainsi, ce mercredi, la NASA a officialisé la fin de la mission du rover après 15 ans de recherches sur la Planète rouge.

    Victime d'une tempête de poussière, l'astromobile de la NASA Opportunity, qui effectuait une mission sur Mars depuis une quinzaine d'années, a été déclarée «morte» par l'agence spatiale américaine.

    Après huit mois et des centaines de messages envoyés depuis la Terre mais restés sans réponse, la NASA a annoncé que l'ultime tentative avait eu lieu mardi 12 février au soir. La communauté de chercheurs et d'ingénieurs impliqués dans le programme fait son deuil du mythique rover, relate l'AFP.

    Des générations de scientifiques se sont succédées pour piloter le rover. Son bilan entre dans l'histoire de l'exploration planétaire: près de 45 kilomètres parcourus, plus que le rover soviétique Lunokhod 2 sur la Lune dans les années 1970 et plus que celui conduit par les astronautes américains de la mission Apollo 17 sur la Lune en 1972 (35 km).

    En juin dernier, la NASA a annoncé qu'une puissante tempête de poussière avait paralysé le robot sonde martien Opportunity, qui se trouvait sur la Planète rouge depuis janvier 2004. L'engin a envoyé des informations sur Terre pour la dernière fois le 10 juin avant d'entrer en hibernation.

    Lire aussi:

    Perdu sur Mars depuis juin, le rover Opportunity enfin retrouvé (image)
    Le rover Opportunity transmet les premières photos après sa 8e hibernation martienne
    Le rover Opportunity fête ses 5.000 jours sur Mars par un selfie
    Tags:
    univers, mission, planète, robot, espace, Opportunity, NASA, Mars
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik