Ecoutez Radio Sputnik
    Burger

    Des scientifiques révèlent un lien entre fast-food et maladies mentales

    CC0 / DagnyWalter
    Sci-tech
    URL courte
    20315

    Des scientifiques américains de l'Université de Loma Linda ont établi un lien entre la «malbouffe» et les maladies mentales, apprend-on des résultats d’une étude publiée dans la revue International Journal of Food Sciences and Nutrition.

    Des scientifiques américains de l'Université de Loma Linda ont analysé les habitudes alimentaires de diverses personnes et les ont comparées à leur santé mentale.

    Ainsi, leur étude publiée dans la revue International Journal of Food Sciences and Nutrition a démontré que les personnes qui consommaient souvent de la «malbouffe» étaient plus souvent inclines aux troubles mentaux.

    Au total, les chercheurs ont examiné les données de plus de 240.000 enquêtes téléphoniques réalisées entre 2005 et 2015 dans le cadre de l'enquête pluriannuelle California Health Interview Survey (CHIS).

    L'étude a par la suite révélé que près de 17% des adultes californiens souffraient probablement de maladie mentale: 13,2% en détresse psychologique modérée et 3,7% en détresse psychologique grave.

    En particulier, il a été établi que l'augmentation de l'apport en sucre était associée à un trouble bipolaire et que la consommation d'aliments grillés ou contenant de grandes quantités de sucre et de céréales transformées était associée à la dépression.

    Cependant, les scientifiques ont souligné qu'il fallait organiser d'autres études pour répondre de manière définitive à la question sur les liens entre l'alimentation et la santé mentale.

    Lire aussi:

    La France au seuil d’une révolution? Le sondage alarmant de l’Ifop
    Gilets jaunes: l’armée sera déployée samedi pour sécuriser des bâtiments
    Les derniers mots des pilotes du crash du Boeing 737 MAX révélés par les boîtes noires
    Tags:
    maladie, malbouffe, alimentation, santé, étude, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik