Ecoutez Radio Sputnik
    Quelles planètes pourraient accueillir l'humanité en cas de catastrophe mondiale?

    Quelles planètes pourraient accueillir l'humanité en cas de catastrophe mondiale?

    © Illustration of RIA Novosti/Alina Polyanina/Depositphotos/Kevron2002/Maxximmm1
    Sci-tech
    URL courte
    4314

    La population de la Terre s'accroît rapidement, et bientôt l'humanité risque de se sentir à l'étroit sur la planète. Certains considèrent la colonisation du système solaire comme le scénario le plus plausible, ce pour quoi les humains pourraient être contraints de pratiquer la terraformation - une modification d'autres mondes par l'ingénierie.

    Bombarder Mars

    En septembre 2015, lors d'une émission humoristique à la télévision, Elon Musk a suggéré de bombarder les pôles de Mars avec des têtes nucléaires. Selon lui, cela permettrait de faire évaporer rapidement la glace sèche recouvrant le dioxyde de carbone de la surface de la planète.

    Le CO2 pénétrerait alors dans l'atmosphère, provoquant un effet de serre. La température et la pression augmenteraient progressivement, les glaciers fondraient encore plus rapidement et l'eau pourrait apparaître à la surface. Après cela, il serait possible d'envoyer sur Mars des algues monocellulaires et d'attendre qu'elles y créent une atmosphère convenable pour l'homme. Ce qui nécessiterait plusieurs milliers d'années.

    Bien évidemment, Elon Musk plaisantait. La Terre ne dispose pas d'une quantité suffisante d'armes nucléaires pour que le plan du fondateur de Tesla fonctionne. Les scientifiques proposent de réchauffer la surface de la Planète rouge par d'autres moyens. Par exemple, certains parlent de provoquer la collision de Mars avec un astéroïde ou utiliser un miroir orbital géant qui concentrerait l'énergie solaire pour la diriger sur les calottes glaciaires des pôles de Mars. Cependant, il est pratiquement impossible de réaliser tous ces scénarios avec le niveau de développement technologique actuel.

    De plus, les efforts visant à transformer Mars en planète habitable pourraient s'avérer vains, estiment les chercheurs de l'université du Colorado. En analysant les informations recueillies par les sondes Mars Reconnaissance Orbiter et Mars Odyssey, ils ont conclu que les roches et les calottes polaires de la Planète rouge manquaient de CO2 pour créer une atmosphère dense.

    Néanmoins, Elon Musk, qui rêve de construire une colonie sur Mars, pense qu'une immense quantité de CO2 a été absorbée dans le sol martien. Le réchauffement de la planète provoquerait une forte émission de CO2 dans l'atmosphère, ce qui initierait le processus de terraformation — la transformation de Mars en un analogue de la Terre.

    Créer une atmosphère sur Vénus

    Vénus, au contraire, aurait besoin d'être refroidie. La température moyenne à sa surface avoisine 452°C, et la pression y est d'environ 90 bars.

    Pour le reste (la masse, la gravitation et le niveau de radiation solaire) Vénus ressemble à la Terre. En outre, selon les estimations des chercheurs de l'Institut Goddard pour les études spatiales, il y a près de 2 milliards d'années le climat de Vénus ressemblait à celui de la Terre. La planète abritait alors des océans liquides avec une température confortable de 15-17°C.

    Carl Sagan propose de semer des cyanobactéries dans l'atmosphère de Vénus. Grâce à la photosynthèse, elles transformeront le CO2 en substances organiques et libéreront de l'oxygène. Toutefois, on ignore si ces bactéries survivront dans les conditions rudes de Vénus. De plus, selon le physicien Martyn Fogg, le processus de transformation du CO2 en substances organiques prendrait près d'un million d'années.

    Un moyen plus rapide de rendre Vénus habitable consisterait à envoyer dans l'atmosphère une grande quantité d'oxygène, pour que tout le CO2 qu'elle contient se transforme en graphite et en eau. A titre de catalyseur, des copeaux de métal pourraient être dispersés au-dessus de la planète. Selon les estimations, la pression chuterait jusqu'à 3 bars, l'effet de serre disparaîtrait et l'eau ferait son apparition à la surface. Dans le meilleur des cas, elle recouvrirait jusqu'à 80% de la planète.

    Cependant, indiquent les chercheurs du Centre de recherche John Glenn (NASA), tous ces moyens ne permettraient pas de pallier les principaux problèmes: les nuages d'acide sulfurique et les journées ensoleillées trop longues, équivalentes à 117 jours terrestres. En trouvant un moyen de remédier à ces désagréments, Vénus conviendra parfaitement pour la terraformation.

    Un dôme sur Lune

    Il serait logique de rendre habitable la Lune, qui est bien plus proche de nous. Selon les chercheurs américains et britanniques, elle aurait pu être habitable par le passé.

    Mais aujourd'hui, le satellite de la Terre n'est pas l'endroit le plus hospitalier. La température y varie entre —180°C et +120°C, il ne possède pas son propre champ magnétique — le rayonnement cosmique stérilise donc sa surface —, et l'atmosphère est si fine que de facto elle n'existe pas. Par conséquent, il existe une menace permanente de chute de météorites. Mais sur la Lune est présente l'une des principales conditions de la terraformation: l'eau, sous la forme de «permafrost» dans la région des pôles. En 2012, les lieux de son dépôt ont été examinés par le télescope à neutrons russe LEND, se trouvant à bord de la sonde américaine LRO.

    Le plus souvent, il est proposé de régler le problème de rétention de l'atmosphère et d'acheminement sur la Lune d'éléments volatiles nécessaires pour la vie (oxygène, azote, hydrogène) à l'aide de comètes. On estime qu'en percutant la Lune, ces dernières disperseraient les gaz et la vapeur d'eau, créant ainsi une atmosphère. Les impacts libéreraient également l'eau contenue dans le régolithe lunaire et formeraient des bassins naturels à la surface. Alors que l'impulsion transmise par les comètes accélérerait la rotation de la Lune, contribuant au maintien de l'atmosphère.

    Mais le bombardement de la Lune par des corps cosmiques pourrait représenter un risque poru la Terre.

    Une solution plus sûre consisterait à rendre habitable une partie réduite du satellite. Les chercheurs de la NASA suggèrent de créer dans le cratère de Shackleton, où a été découverte il y a quelques années la glace d'eau, un microclimat pour les plantes et une atmosphère respirable. Dans un premier temps, cela serait pris en charge par des robots qui construiraient un dôme et installeraient des miroirs solaires.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    chercheurs, atmosphère, espace, recherche, Elon Musk, John Glenn, Vénus, Lune, Mars, Terre
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik