Ecoutez Radio Sputnik
    ISS

    La Russie présente son chasseur de débris spatiaux

    © Photo. Roskosmos
    Sci-tech
    URL courte
    12480

    Le holding Systèmes spatiaux russes (RKS) a présenté au Salon international des inventions et des innovations technologiques Archimède 2019, qui se déroule à Moscou, un projet de vaisseau spatial destiné à ramasser et à recycler les déchets orbitant autour de la Terre, déclare le service de presse de l'entreprise.

    «Le projet, développé et breveté par une collaboratrice de RKS de sa propre initiative, implique la création d'un vaisseau spatial qui, à l'aide d'un filet spécial, pourra ramasser tous les satellites de taille réduite tombés en panne, les débris des vaisseaux spatiaux et des étages de fusée, ainsi que d'autres déchets d'exploitation», indique un communiqué du holding Systèmes spatiaux russes.

    L'ingénieure de RKS Maria Barkova, à l'initiative de cette invention, note que le recyclage des déchets spatiaux en combustible pseudo-liquide constitue une différence fondamentale par rapport aux solutions proposées actuellement dans le cadre d'autres projets.

    «Cela permet de remplir plusieurs tâches à la fois: garantir une destruction sans résidus des déchets et une autonomie maximale du vaisseau, tout en minimisant le coût de sa mise en orbite. En fait, notre vaisseau agira comme un prédateur qui pourchassera les déchets afin d'obtenir de l'énergie supplémentaire», déclare Maria Barkova, citée dans le communiqué.

    D'après le service de presse, conformément au projet proposé le ramasseur de déchets spatiaux dispose de deux filets en titane qui, à l'aide d'un système de câbles, collectent les déchets avant de les compresser dans un broyeur bicylindre. Ces derniers sont ensuite envoyés dans un moulin à billes qui les réduit à l'état de poudre fine.

    «Le ramasseur devrait également être doté d'un régénérateur d'eau fonctionnant selon le principe de réaction de Sabatier (la réaction du dihydrogène et du dioxyde de carbone à des températures et des pressions élevées en présence d'un catalyseur de nickel afin de produire du méthane et de l'eau). Grâce à un bloc électrode-membrane, cet appareil produira l'oxydant-oxygène et le combustible-hydrogène. Ces deux substances se mélangeront à la poudre des déchets spatiaux et seront utilisées comme combustible pour le moteur de bord, qui s'allumera périodiquement pour envoyer l'appareil de plus en plus haut au fur et à mesure du nettoyage des orbites terrestres, jusqu'à l'orbite d'élimination du vaisseau lui-même», explique-t-on.

    D'après le projet, la recherche des déchets sera robotisée et utilisera les informations des catalogues russes et internationaux d'objets spatiaux. Il est également prévu d'installer des moteurs de manœuvre sur le ramasseur, en plus du moteur principal. Selon les estimations, le vaisseau pèsera près de 2,5 tonnes. En un cycle (capture-broyage-recyclage) il sera capable de recycler jusqu'à 500 kg de déchets.

    «Le ramasseur de déchets devrait commencer son travail sur l'orbite de 400 km, ce qui permettra de réduire au maximum les frais de son lancement car la sortie de l'appareil sur cette orbite ne nécessitera pas de remorqueur spatiaux. La zone de travail visée par le ramasseur se trouve à une altitude comprise entre 800 et 1.500 km, car c'est la région la plus polluée actuellement», informe le communiqué.

    Lire aussi:

    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Un militaire de Sentinelle ouvre le feu contre un homme armé d’un couteau près d'un hôpital militaire à Lyon
    Sur une vidéo devenue virale, des forces de l'ordre gazent les clients d'un café lors de l’acte 31
    Tags:
    orbite, vaisseau, déchets, débris spatiaux, satellite, Systèmes spatiaux russes (RKS), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik