Ecoutez Radio Sputnik
    Recherche de médicaments anticancer

    Les scientifiques portent un nouveau coup à un cancer du sein extrêmement grave

    © AP Photo / Stephan Savoia
    Sci-tech
    URL courte
    381
    S'abonner

    Un antibiotique bien connu s'avère très efficace contre une forme particulièrement agressive du cancer du sein, a déclaré à Sputnik Vladimir Katanaïev, de l'université fédérale d'Extrême-Orient. Il a dirigé une étude sur le sujet et précisé qu'«aucune substance de ce genre n'a été découverte lors des essais cliniques les plus avancés».

    Les scientifiques ont découvert que la clofazimine, un antibiotique, peut être utilisée avec succès en chimiothérapie contre l'un des sous-types les plus mortels du cancer du sein, le triple négatif, pour freiner la progression de la tumeur et la croissance des métastases. C'est ce qu'a déclaré à Sputnik Vladimir Katanaïev, chef de laboratoire de pharmacologie des composés naturels à l'École de biomédecine de l'université fédérale d'Extrême-Orient et professeur au Centre de recherche translationnel en onco-hématologie de la Faculté de médecine à l'université de Genève (UNIGE), qui a dirigé ces travaux.

    Des chercheurs des universités d'Extrême-Orient, de Genève et de Lausanne ont publié les résultats d'études, réalisées en collaboration avec leurs collègues des hôpitaux universitaires de Genève, dans le journal Cancer Letters. Ainsi, selon eux, la clofazimine, utilisée avec succès pour soigner la lèpre, peut rejoindre l'arsenal des traitements prodigués en chimiothérapie contre l'une des formes les plus graves du cancer du sein, pour bloquer la voie de signalisation cellulaire Wnt. Suite à une mutation ou à des modifications épigénétiques, la cellule peut donner un signal erroné de croissance et permettre ainsi le développement tumoral. Mais si l'on parvient à bloquer Wnt, le grossissement néoplasique s'interrompt.

    «Jusqu'à ce jour, le marché semblait ne pas connaître de médicaments capables de cibler la voie de signalisation cellulaire Wnt. Aucune substance de ce genre n'a été découverte lors des essais cliniques les plus avancés. Dans notre étude, nous avons établi et démontré que la clofazimine, efficace contre la lèpre, est capable également de bloquer les voies de signalisation Wnt en cas de cancer du sein triple négatif et de contribuer à arrêter la croissance des cellules tumorales chez les souris», a indiqué Vladimir Katanaïev.

    Il a fait remarquer que son équipe n'avait détecté aucun effet secondaire indésirable, «un aspect essentiel dans le processus de mise au point de médicaments».

    «Nous espérons sincèrement que notre étude donnera le départ à des essais cliniques de cette substance lors des traitements anticancer», a ajouté le professeur Katanaïev.

    Il a indiqué que l'action de la clofazimine augmentait lorsqu'elle était combinée aux médicaments dont on se sert classiquement en chimiothérapie.

    Tags:
    effets secondaires, lèpre, essais cliniques, chercheurs, biomédecine, tumeur, mutation, médicaments, antibiotiques, cancer, Cancer Letters (revue), Sputnik, Lausanne, Genève, Extrême-Orient, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik