Ecoutez Radio Sputnik
    Biourban, arbre mécanique capable de remplacer 368 arbres ordinaires

    L’arbre-robot: une invention mexicaine capable de sauver des millions de vies

    © Photo. BiomiTech
    Sci-tech
    URL courte
    18732

    La pollution de l’air est si toxique que, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), elle est à l’origine d’une mort prématurée sur huit dans le monde. C’est au Mexique, qui figure parmi les pays les plus pollués de la planète, qu’un arbre-robot a été inventé qui pourrait renverser cette situation, a raconté un militant écologiste à Sputnik.

    La pollution atmosphérique est l'ennemi n°1 de la santé des citadins, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estimant même qu'elle est à l'origine de près de 7 millions de morts prématurées en 2012. Au Mexique, la qualité de l'air est l'une des pires en Amérique latine, et c'est sans doute pourquoi c'est là qu'a été créé l'arbre mécanique Biourban, capable de remplacer 368 arbres ordinaires.

    Biourban, arbre mécanique capable de remplacer 368 arbres ordinaires
    © Photo. BiomiTech
    Biourban, arbre mécanique capable de remplacer 368 arbres ordinaires

    «Ce système a été inventé à cause d'un sérieux problème de pollution de l'environnement dans le monde. La politique d'État n'est pas du tout efficace. On ne fait qu'enregistrer le taux de pollution au lieu de le faire baisser», a déclaré à Sputnik Jaime Ferrer, cofondateur de BiomiTech, entreprise de production de ces arbres-robots.

    Biourban, arbre mécanique capable de remplacer 368 arbres ordinaires
    © Photo. BiomiTech
    Biourban, arbre mécanique capable de remplacer 368 arbres ordinaires

    Et de préciser qu'il s'agit d'une construction haute de 4 mètres et composées de 5 cylindres de 100 litres chacun. À l'intérieur, des algues réalisent le processus de photosynthèse, 24 heures sur 24 et 365 jours par an.

    «La pollution pénètre dans les cylindres, et les algues l'absorbent, la traitent et rejettent un air filtré. Pour que ce processus ne s'arrête pas la nuit, les algues sont éclairées à l'aide d'une électricité produite par des panneaux solaires. Cela rend le système parfaitement autonome», a expliqué le spécialiste.

    Pour que le système fonctionne correctement, il est nécessaire de procéder à son entretien technique tous les trois ou quatre mois, en fonction du niveau de pollution de l'environnement. L'excès d'algues qui poussent à l'intérieur des cylindres en est retiré et peut être utilisé à titre d'engrais dans l'agriculture. La durée de vie de chaque Biourban, qui coûte 50.000 dollars, peut dépasser les 20 ans.

    «La population de la Terre meurt lentement en respirant des particules polluées en suspension qui restent dans les poumons. Rien qu'au Mexique, des milliers de personnes meurent chaque année à cause de la pollution de l'air», a relevé M.Ferrer.

    Il est naturel que cette invention mexicaine ait attiré l'attention de spécialistes à travers le monde. Elle a reçu des prix au Royaume-Uni et en Suisse. Puebla est pour le moment l'unique ville du Mexique où ont été installés des arbres-robots.

    Biourban, arbre mécanique capable de remplacer 368 arbres ordinaires
    © Photo. BiomiTech
    Biourban, arbre mécanique capable de remplacer 368 arbres ordinaires

    Quelques Biourbans ont également été installés en Turquie, au Panama et en Colombie.

    D'autres pays, tels que le Royaume-Uni, la France ou l'Inde, ont entamé des négociations pour installer dans les rues de leurs villes la première technologie au monde susceptible de dépolluer l'air.

    Lire aussi:

    L’Iran déclare avoir envoyé un «message clair» aux USA en abattant leur drone
    L'Iran a abattu un drone espion américain près du détroit d’Ormuz
    Le classement des pays les plus dangereux du monde réserve plusieurs surprises
    Tags:
    entretien, photosynthèse, autonomie, panneau solaire, électricité, algues, robot, arbres, air, pollution, OMS, Sputnik, BiomiTech, Jaime Ferrer, Colombie, Turquie, Suisse, France, Inde, Panama, Royaume-Uni, Puebla, Mexique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik