Ecoutez Radio Sputnik
    cybersécurité

    Kaspersky Lab découvre une campagne de cyber-espionnage politique au Moyen-Orient

    © Fotolia / Pavel Ignatov
    Sci-tech
    URL courte
    0 140

    Un groupe agissant en langue arabe envoyait des e-mails contaminés pour installer des logiciels malveillants sur des ordinateurs et accéder à des informations sensibles. Parmi ces cibles figuraient des personnes et des entités ayant des intérêts politiques au Moyen-Orient, selon Kaspersky Lab.

    Kaspersky Lab, spécialiste de la sécurité informatique basé à Moscou, a découvert une campagne de cyber-espionnage menée par un groupe politiquement motivé de Gaza au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, a annoncé le directeur du centre de recherche moyen-oriental de la société, Amin Hasbini.

    S'exprimant lors du sommet Kaspersky Security Analyst 2019 à Singapour, le responsable a précisé que le groupe agissait en langue arabe et avait atteint le pic de son activité entre avril et novembre 2018.

    Selon le spécialiste, au moins trois groupes de hackers, Operation Parliament, Desert Falcon et MoleRats, ont conjugué leurs efforts dans le cadre de cette campagne baptisée SneakyPastes.

    Les pirates ont utilisé la technique du hameçonnage (envoi d'e-mails en masse pour tenter d'installer des logiciels malveillants sur des ordinateurs personnels) afin d'accéder à des informations sensibles.

    Selon Hasbini, environ 240 personnes et organisations de 39 pays ont été touchées par cette campagne, toutes ayant des intérêts politiques au Moyen-Orient. Parmi celles-ci figurent notamment des agences gouvernementales, des partis politiques, des ambassades, des représentants diplomatiques, des écoles, des banques et des médias. La majorité des cibles se trouvaient en Palestine, en Jordanie, en Israël et en Libye.

    Kaspersky Lab a partagé ces informations avec les forces de l'ordre, ce qui a aidé les gouvernements à lutter contre ce cybergang.

    Le Kaspersky Security Analysit Summit est un événement annuel qui réunit des chercheurs internationaux en matière de lutte contre les logiciels malveillants et des hauts responsables de services financiers, de technologies et d'agences gouvernementales.

    Lire aussi:

    La base russe de Hmeimim repousse une attaque aux lance-roquettes multiples, 180 djihadistes éliminés
    Moscou commente la reprise par les USA des importations de pétrole vénézuélien
    Conseil des ministres ou «pyjama party»? La tenue de Sibeth Ndiaye devient la risée de la Toile
    Tags:
    hackers, cybersécurité, Kaspersky Lab, Libye, Jordanie, Palestine, Proche-Orient
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik