Sci-tech
URL courte
2112
S'abonner

Outlook a été victime de piratage informatique depuis plusieurs mois, a déclaré Microsoft. Diverses données d’utilisateurs de la messagerie ont été dérobées à cette occasion. L’entreprise a lancé un appel aux détenteurs de comptes Outlook afin qu’ils en changent les mots de passe.

Des hackers ont réussi à pirater des comptes d'utilisateurs de la messagerie Outlook, sur la période du 1er janvier au 28 mars 2019, a fait savoir Microsoft. Ils ont eu accès à des noms de dossiers, des objets de courriels ainsi qu'à des adresses électroniques. Cependant, les pirates n'ont pas pu accéder aux contenus des messages ni aux pièces jointes.

«Selon nos informations, les données des comptes ont été consultées mais nous ne savons pas exactement dans quel but elles peuvent être utilisées», apprend-on d'un message de la compagnie informatique.

Bien qu'aucun mot de passe n'ait été piraté, Microsoft conseille aux utilisateurs d'Outlook de changer les leurs, par mesure de sécurité. À cause de la fuite de ce type de données, les comptes concernés peuvent être hameçonnés ou recevoir des spam.

Pour l'instant, le géant du logiciel n'a pas donné le nombre de comptes Outlook affectés. Cependant, Microsoft a présenté ses excuses pour cet inconvénient: «Microsoft regrette tous les désagréments causés par ce problème. Soyez assurés que Microsoft prend au sérieux la protection des données». Le porte-parole de la société, cité par The Verge, a déclaré que le problème avait été résolu et que l'accès des hackers aux comptes piratés avait été bloqué.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un prêtre orthodoxe grièvement blessé par balles devant une église à Lyon - vidéos
L’entrée de la grande mosquée de La Mecque défoncée par une voiture – vidéo
«Expulsion des islamistes»: des affiches représentant le Christ ensanglanté dans les rues de Béziers – photo
Tags:
piratage, spam, messagerie, courriel, hackers, Microsoft
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook