Sci-tech
URL courte
111045
S'abonner

Les amateurs de poissons gras comme le saumon ou encore le hareng devraient en manger avec modération, car une consommation élevée pourrait entraîner des risques de mort prématurée, selon des scientifiques suédois.

Une consommation élevée de poisson gras, notamment de saumon et de hareng, pourrait augmenter les risques de mort prématurée de 50%, ont constaté des scientifiques suédois. Ils ont publié leurs conclusions dans la revue scientifique JAMA Network Open.

Les chercheurs ont étudié plus de 1.000 personnes âgées de 70 ans. Ils ont observé ce que les participants ont mangé pendant 10 ans. Enfin, les scientifiques sont arrivés à la conclusion que les personnes ayant consommé des produits riches en polychlorobiphényles présentaient une surmortalité de 50% par rapport aux autres. Ces composés se trouvent plutôt dans les poissons gras, ainsi que dans la viande et le lait. De ce fait, les chercheurs conseillent de consommer ces aliments avec modération.

Cependant, la publication contient une note indiquant que les scientifiques n'ont pas pris en compte des facteurs de risques comme le diabète, l'obésité, le niveau de cholestérol élevé, ainsi que les maladies cardiovasculaires et le tabagisme.

Lire aussi:

«Épidémie toujours très dynamique»: près d'un millier de nouveaux décès en France, le bilan dépasse les 13.000
Ce pays serait le premier au monde à avoir vaincu le coronavirus
Le SDF décédé au commissariat de Béziers filmé lors de son interpellation musclée – vidéo
Chômage totalement hors de contrôle aux Etats-Unis: vers un nouveau 1929?
Tags:
science, poisson, santé, danger, alimentation, consommation, diète, obésité, diabète
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook