Ecoutez Radio Sputnik
    Une aurore polaire dans la région de Riazan en Russie en 2015

    L’origine des «rubans» violets illuminant le ciel de l’Arctique expliquée

    © Sputnik . Igor Podgornyi
    Sci-tech
    URL courte
    192

    L’analyse d’un phénomène lumineux ressemblant à l’aurore polaire, un ruban brillant violet associé à du vert, a été publiée dans la revue Geophysical Research Letters. Les chercheurs estiment désormais que l’apparition de ce phénomène est liée à la collision d’ions dans la haute atmosphère et non à des éruptions solaires.

    Des scientifiques ont découvert que l'apparition des «rubans» de lumière violette associés à du vert dans le ciel arctique n'était pas liée aux éruptions solaires mais à la collision des flux d'ions dans la haute atmosphère. L'étude a été publiée dans la revue Geophysical Research Letters.

    «Cette aurore polaire est provoquée par la chute d'électrons et de protons dans l'atmosphère. Ces éclairs nommés STEVE surgissent parce que les particules se réchauffent sans descendre. C'est pourquoi on peut dire que la lumière violette de ces arcs-en-ciel est vraiment unique dans son genre», a déclaré Bea Gallardo-Lacourt de l'université de Calgary.

    Depuis l'été 2015, des «ponts» et des «rubans» de couleur violette de nature inconnue ont été aperçus dans le ciel du Canada et des autres parties de l'Arctique. Ce phénomène lumineux éclairait le ciel pendant 20 à 30 minutes avant de disparaître. En somme, plus de 30 cas ont été recensés qui ont attiré l'attention des chercheurs de la NASA.

    Bea Gallardo-Lacourt et ses collègues ont analysé les données obtenues par des satellites des missions spatiales SWARM, THEMIS, DMSP et d'autres, pour arriver à la conclusion que les «rubans» ne sont pas du tout liés à l'activité solaire ni aux particules cosmiques chargées électriquement mais qu'ils apparaissaient dans la haute atmosphère. En revanche, les scientifiques ne savent pas comment pour le moment.

    Ce phénomène lumineux consiste en deux parties: un «ruban» de lumière violette et un voile de couleur verte, perpendiculaire au ruban violet. Après avoir examiné les données, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que différents phénomènes physiques étaient à l'origine des deux parties du STEVE. La partie verte est le produit des processus atmosphériques liés aux éruptions solaires, responsables de la formation des aurores polaires.

    Concernant le ruban violet, il résulte d'un processus complètement différent, celui de la collision des flux de particules électriquement chargées en mouvement de manière horizontale à la surface de la Terre. Ce phénomène est généré par l'atmosphère terrestre elle-même, précisent les chercheurs.

    L'éclat de couleur violette surgit lorsque les flux d'ions se heurtent, se réchauffent et commencent à irradier de lumière à la longueur d'ondes inhérente à la partie violette du STEVE.

    Les scientifiques envisagent d'étudier le phénomène lumineux pour comprendre quel rôle joue le Soleil dans la formation des STEVE et quelle menace constitue ce dernier pour les réseaux de télécommunications terrestres.

    Lire aussi:

    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    La gendarmerie italienne donne des précisions sur le randonneur français retrouvé mort
    Tags:
    particules, soleil, aurores boréales, phénomène, étude, chercheurs, Arctique, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik