Ecoutez Radio Sputnik
    stress

    L’influence du stress prolongé sur le développement du cancer expliquée par la science

    CC0 / MasimbaTinasheMadondo
    Sci-tech
    URL courte
    143

    Il existe de nombreuses raisons biologiques de croire qu'il y a un lien entre le stress chronique et le risque de développer une oncologie, d’autant plus qu’un stress prolongé accélère la progression des tumeurs malignes dans le corps, lit-on sur le portail informatique Live Science.

    De nombreuses études suggèrent que le stress peut influencer le développement du cancer, apprend-on dans un article publié sur le portail informatique Live Science et reprenant les propos de plusieurs scientifiques.

    En outre, chez les personnes atteintes de certains types de cancer, le stress peut accélérer sa progression et aggraver ses conséquences, selon de récentes études.

    «Mais "il y a plus de questions" de savoir si le stress chronique peut ou non causer le cancer», a déclaré Shelley Tworoger, professeure agrégée en sciences de la population au Moffitt Cancer Center à Tampa, en Floride.

    «Il y a beaucoup de raisons biologiques de penser qu'une association pourrait exister», a-t-elle poursuivi.

    Le stress aigu est pourtant tout à fait normal et nous aide à réagir aux situations dangereuses. Par exemple, si un «lion vous poursuit ou si vous êtes presque victime d'un accident de voiture», la réponse du corps au stress accélère la course de votre cœur, aiguise votre vision et peut ainsi vous aider à survivre, a expliqué Mme Tworoger.

    Néanmoins, le stress et la détresse chroniques (anxiété extrême, chagrin ou douleur) peuvent déclencher un changement de métabolisme, une augmentation du niveau de certaines hormones et entraîner d'autres conséquences graves.

    De plus, le stress chronique affaiblit le système immunitaire. Cela, à son tour, pourrait affecter le développement et la progression du cancer, a expliqué Shelley Tworoger.

    La libération prolongée d'hormones de stress est également en mesure de causer des dommages à l'ADN et d'affecter sa réparation, a déclaré Melanie Flint, maître de conférences en immunopharmacologie à l'Université de Brighton au Royaume-Uni.

    Il existe donc «de plus en plus de preuves selon lesquelles le stress chronique peut influer sur le risque de cancer et sa progression par le biais d'une dysrégulation immunitaire», a déclaré la Dre Elisa Bandera, professeure et chef de l'épidémiologie du cancer et des résultats pour la santé à la Rutgers Cancer Institute du New Jersey.

    Mais «je ne pense pas que vous puissiez dire qu'il existe un lien» car «la plupart des preuves relient le stress à la survie au cancer et non au risque de cancer», a-t-elle ajouté.

    Tous les experts ont cependant convenu que la réduction du niveau de stress contribuerait à accroître la qualité et la longévité des personnes en bonne santé et des personnes souffrant de maladies.

    Lire aussi:

    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Une violente bagarre éclate en plein Paris durant la Fête de la musique (vidéo)
    Tags:
    maladies, santé, danger, chercheurs, influence, cancer, stress, Royaume-Uni, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik