Sci-tech
URL courte
194
S'abonner

Des scientifiques dévoilent que la présence d’un animal à la maison est capable de réduire les risques, chez une personne âgée de plus de 60 ans, de maladie cardiovasculaire. Sans compter le bénéfice général pour la santé.

La présence d'un chien à domicile pourrait réduire les risques de maladie cardiovasculaire de 36%, selon l'étude de chercheurs américains mise en lumière par deux associations, la Société protectrice des animaux (SPA) et la Fédération française de cardiologie (FFC).

En se référant à des recherches scientifiques, elles appellent les personnes âgées de plus de 60 à adopter un chien. Un animal de compagnie pourrait briser chez une personne âgée son sentiment de solitude. De plus, un chien a besoin de promenades, et de ce fait, cela oblige les personnes de plus de 60 ans à bouger davantage, ce qui est bénéfique pour la santé et le système cardiovasculaire.

Dans le cadre de l'étude en question, les scientifiques américains ont interrogé environ 2.000 volontaires âgés de 50 à 80 ans, dont la moitié environ vivait avec un animal domestique. À l'issue de ce sondage, les chercheurs ont constaté que la majorité de ceux ayant un animal à la maison a reconnu que leurs animaux amélioraient la santé mentale tout autant que physique.

Qui plus est, la présence amicale d'un animal, si elle ne résout pas tous les problèmes qui peuvent affecter négativement la santé et augmenter les risque de maladies cardiovasculaires, est au moins capable de réduire leur influence sur la santé, car la personne s'occuperait davantage de et avec son animal, conclut Santé Magazine.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Adopté par un couple russe, ce puma mène une vie de chat domestique – photos
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Tags:
solitude, vieillesse, crise cardiaque, animaux, santé, chiens
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik