Ecoutez Radio Sputnik
    La planète rouge

    Des traces d’explosions volcaniques sur Mars confirment une hypothèse sur cette planète

    © Photo. NASA/JPL-Caltech
    Sci-tech
    URL courte
    0 31

    La récente découverte de traces d’explosions volcaniques sur Mars permet de supposer que les profondeurs de la planète rouge contenaient beaucoup d’eau, indiquent des chercheurs américains de l’université Brown. La prochaine mission sur Mars en 2020 permettra de vérifier cette hypothèse.

    Des planétologues ont découvert des gisements de roches dans un éventuel site d’atterrissage d’un rover martien de la NASA, résultant d’une explosion très puissante d’un volcan, a affirmé le journal Geology dans une publication. L’existence de ces gisements démontre que les profondeurs de Mars contenaient beaucoup plus d’eau au cours des premières époques de vie de la planète que les scientifiques ne le pensaient.

    «Pour l’instant, c’est la preuve la plus solide que des explosions de volcans se passaient assez souvent au début de l’Histoire de Mars. Savoir le rôle qu’elles ont joué dans la vie de la planète nous permettra d’évaluer la quantité d’eau qui était présente dans le magma martien, dans le sol, ainsi que l’épaisseur de son atmosphère», a déclaré Christopher Kremer de l’université Brown, aux États-Unis.

    Il y a bien longtemps, Mars était une planète volcanique. Il est très facile d’observer les traces des volcans depuis l’univers. Le dôme de Tharsis et Olympus Mons, qui est le plus haut relief connu du Système solaire, sont des volcans éteints.

    Au mois de mars 2015, le rover Curiosity a par hasard découvert du minéral tridymite, produit d’une activité volcanique dont les traces n’avaient précédemment été trouvées que sur la Terre. Ce type d’éruption est caractérisé par des explosions provoquées par une grande quantité d’eau et de substances volatiles dans le magma. Aucune sonde spatiale n’avait auparavant enregistré de traces de telles éruptions aux alentours de tous les célèbres volcans de Mars.

    Après avoir étudié la géologie des régions où pourrait atterrir le rover Mars 2020 au début de l’année 2021, M.Kremer et ses collègues ont confirmé que ces éruptions se sont produites au cours de la première époque d’existence de la planète rouge.

    Afin d’arriver à cette conclusion, les chercheurs ont recueilli les clichés et les données obtenus pas la sonde MRO et ont analysé la composition, la forme, l’épaisseur et l’orientation des couches sédimentaires repérées sur ces photographies.

    Il s’est trouvé qu’un bassin sur le plateau Syrtis Major Planum s’était formé suite à une éruption volcanique et à l’éjection de grandes quantités de lave et de cendre dans l’air.

    Ces sédiments sont présents dans le cratère Jesero, le site d’atterrissage pour la mission Mars 2020. Les scientifiques pourront ainsi vérifier leur théorie bientôt. Si l’hypothèse est juste, il sera possible d’affirmer que l’eau avait joué un rôle plus important dans la formation du sous-sol de Mars que les chercheurs ne le supposent actuellement.

    Lire aussi:

    Trump menace d'«effacer» l'Iran en cas d'attaque contre les USA
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    Tags:
    mission, rover martien, Curiosity, chercheurs, découverte, explosion, planète, volcan, Mars
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik