Ecoutez Radio Sputnik
    Un sous-marin nucléaire russe

    Des chercheurs ont trouvé comment restaurer les batteries militaires de plusieurs tonnes

    © Sputnik . Vitali Ankov
    Sci-tech
    URL courte
    0 0 0

    Les chercheurs de l'Université nationale de science et de technologies MISiS, en collaboration avec l'usine de métaux précieux secondaires de Chtchelkovo, ont mis au point une méthode innovante en cascade pour purifier l'argent des batteries usées utilisées dans les sous-marins et l'aviation.

    La réutilisation du métal précieux pur d'une telle batterie pourrait permettre d'économiser jusqu'à 500 millions de roubles (près de 7 millions d'euros) dans le processus de fabrication d'une nouvelle.

    Certaines versions de sous-marins et de chasseurs sont alimentées par d'immenses batteries alcalines d'environ 14 tonnes, capables de fonctionner jusqu'à 12 ans sans interruption. Chacun de ces engins contient 7 tonnes de plaques d'argent pur qui, une fois que leur ressource est épuisée, sont envoyés dans les usines de recyclage de métaux précieux où le métal est purifié en plusieurs étapes et préparé pour sa réutilisation.

    Le recyclage des batteries «stratégiques» surpuissantes relève toujours du marché public de la défense, car l'argent obtenu sert à fabriquer de nouvelles batteries pour la marine russe. La quantité nécessaire de métal qui sert à produire des batteries est strictement réglementée par les normes étatiques, et la pureté de l'argent ne doit pas être inférieure à 99,99%.

    Cependant, depuis une décennie, les fabricants russes de batteries argent-zinc, afin de faire des économies, ajoutent à l'argent 10-15% de plomb, ce qui n'affecte pas les capacités fonctionnelles de l'engin mais empêche presque totalement de recycler la batterie ultérieurement.

    Les spécialistes de la chaire des métaux non ferreux et de l'or de l'université MISiS se sont penchés sur le problème de la suppression du plomb dans l'argent et ont mis au point une toute nouvelle méthode de recyclage des batteries argent-zinc contenant du plomb.

    «Cette technologie consiste en une fonte d'argent en deux étapes qui sépare le métal en fusion des impuretés. Le refroidissement rapide qui vient ensuite garantit la capture de l'oxygène qui oxyde le plomb dans la matière d'argent. Au cours de la seconde fusion, sous une couche de fluxion (sels de magnésium et de sodium), le plomb oxydé se sépare et se dépose en résidu», explique Sergueï Rogov, l'un des développeurs du projet et maître de conférences à la chaire des métaux non ferreux et de l'or de l'université MISiS.

    Ce processus en deux étapes permet d'éliminer le plomb, et d'un matériau contenant 85% d'argent on obtient un produit marchand d'une pureté de 99,99%, qui correspond à toutes les normes étatiques et convient pour fabriquer une nouvelle batterie.

    A présent, cette technologie est appliquée avec succès dans une entreprise de recyclage russe: l'usine de métaux précieux secondaires de Chtchelkovo. Sa mise en œuvre n'a pas nécessité d'équipements supplémentaires, à l'exception d'un dispositif bon marché de refroidissement rapide de la fusion.

    «L'utilisation de la nouvelle technologie a permis d'intégrer dans la production les déchets des batteries argent-zinc qui n'étaient pas recyclées auparavant, ce qui a permis d'augmenter la quantité de produit fabriqué par l'usine de 7,5%», a déclaré Alexandre Savisko, directeur de production à l'usine de métaux précieux secondaires de Chtchelkovo.

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    L’éruption de la «bouche de l’enfer» dans les Kouriles après 100 ans de sommeil tue tout ce qui vit (images)
    Tags:
    métaux précieux, chasseur, sous-marin, Université nationale de technologie et de recherche (MISIS), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik