Sci-tech
URL courte
0 51
S'abonner

L'obésité et le diabète sont plus fréquents chez les personnes dormant irrégulièrement, ce qui provoque des troubles métaboliques, suggère une nouvelle étude.

Une nouvelle étude a révélé que ne pas respecter un cycle de sommeil régulier et se coucher à des heures différentes chaque nuit pouvait accroître les risques d'obésité, de cholestérol élevé, d'hypertension, de glycémie élevée et autres troubles métaboliques.

Même en tenant compte de la quantité de sommeil d'une personne et d'autres facteurs relatifs à son mode de vie, chaque différence d'une heure pour aller au lit ou dans la durée même d'une nuit de sommeil multiplie ces effets métaboliques préjudiciables, selon cette étude publiée sur le site EurekAlert!.

Les chercheurs ont étudié pendant six ans 2.003 hommes et femmes âgés de 45 à 84 ans pour déterminer les liens entre la régularité du sommeil et les anomalies métaboliques.

Les résultats ont démontré que les variations de la durée du sommeil et de l'heure du coucher précédaient l'apparition d'un dysfonctionnement métabolique. Selon les auteurs, cela prouve un lien de causalité entre un sommeil irrégulier et un dysfonctionnement métabolique.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Une vingtaine de voyous s’attaquent aux pompiers de la Drôme avec des tirs de mortiers et des pierres
Tags:
obésité, santé, métabolisme, étude, science, sommeil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook