Sci-tech
URL courte
232
S'abonner

La malbouffe serait responsable du développement d’allergies alimentaires chez les enfants, comme en témoigne une étude réalisée récemment par un chercheur de l’université de Naples, en Italie.

Selon les estimations de l’Organisation mondiale de l’allergie (WAO), près de 240 millions de personnes à travers le monde souffriraient d’allergies alimentaires, dont les causes sont plus que nombreuses. Selon une récente étude de Roberto Berni Canani, de l’université de Naples, la malbouffe pourrait bien elle aussi être à l’origine de certaines allergies.

Le chercheur a étudié le taux de produits de glycation avancés (AGE) chez des enfants. Ces substances sont produites par la réaction entre les sucres d’une part, et les lipides et les protéines d’autre part.

Des taux d’AEG plus élevés ont été détectés chez les enfants présentant des allergies alimentaires. Il se trouve dans le même temps que ces mêmes enfants consomment davantage de produits contenant de forts taux d’AEG que les autres, dont des grignotines, des hamburgers et des frites.

Or, le quotidien britannique The Guardian, qui a pris connaissance de l’étude, souligne que cette dernière a été menée sur une soixantaine d’enfants, soit à très petite échelle. Le journal cite le professeur John Warner qui rappelle que les allergies ont de multiples causes pouvant expliquer les résultats de l’étude.

D’après lui, les enfants consommateurs de malbouffe «sont moins susceptibles de suivre un régime méditerranéen, riche en fruits frais, en légumes et en poisson, connu pour réduire les risques d’allergies».

Lire aussi:

Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Un séisme de magnitude 7,7 frappe la Jamaïque
Un astéroïde géant fonce vers la Terre, un chercheur indique quelles peuvent en être les conséquences
La femme de Kobe Bryant a échappé à la mort grâce à cet accord passé avec son époux
Tags:
santé, nourriture, enfants, Italie, malbouffe, allergie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik