Ecoutez Radio Sputnik
    Des scientifiques ont découvert ce qui se niche au centre de la Voie lactée

    La Voie lactée a été victime d’un «accident de la route» dans l’espace

    © Photo. ESA/Hubble&NASA
    Sci-tech
    URL courte
    7105
    S'abonner

    Il est fort probable qu’une immense galaxie ultra-diffuse soit entrée en collision avec la Voie lactée il y a plusieurs millions d’années, ont indiqué des chercheurs de l’université de Rochester. Cet accident spatial a laissé des vagues de matière jusqu’alors visibles dans le disque de la Voie lactée.

    Des astrophysiciens de l’université de Rochester, aux États-Unis, ont suggéré que la Voie lactée se soit heurtée à une de nos galaxies satellites, notamment avec la galaxie naine Antlia 2, il y a plusieurs centaines de millions d’années. L’interaction entre les deux systèmes stellaires a abouti à la formation des ondulations dans le disque extérieur de la Galaxie, toujours visibles à notre époque, qui ont été détectées par les chercheurs. Les résultats de cette étude ont été publiés dans l’Astrophysical Journal Letters.

    Après avoir examiné les données obtenues par le télescope Gaia, les scientifiques ont découvert qu’Antlia 2 était immense, comme les Nuages de Magellan. Cependant, elle est cachée derrière notre galaxie beaucoup plus brillante, c’est pourquoi elle était invisible avant le début des recherches.

    Ensuite, les astrophysiciens ont calculé la trajectoire d’Antlia 2 située à environ 430.000 années-lumière de la Terre. Ils ont réussi à faire une simulation d’une collision entre les deux galaxies en prenant en compte les fluctuations prenant la forme de vagues, découvertes dans les nuages d'hydrogène à la périphérie de la Voie lactée. Auparavant, ces agitations avaient été expliquées par l’interaction entre la Galaxie et la galaxie naine du Sagittaire (SagDEG) située à 50.000 années-lumière du centre de cette dernière.

    Cependant, il s’est trouvé que la SagDEG avait une attraction gravitationnelle insuffisante pour provoquer les fluctuations, tandis qu’Antlia 2 était la cause la plus probable des agitations, est-il précisé. Lors de l’impact cosmique, une partie de la matière de la galaxie naine est restée dans la Voie lactée, ce qui permet aux chercheurs de suivre l’évolution d’Antlia 2 et d’analyser la répartition de la matière noire au sein de cette dernière.

    Tags:
    matière noire, télescope, étude, recherche, chercheurs, Nuages de Magellan, États-Unis, La Voie Lactée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik