Ecoutez Radio Sputnik
    Security personnel stand near a pillar with the Huawei logo at a launch event for the Huawei MateBook in Beijing, Thursday, May 26, 2016

    Le système d’exploitation de Huawei sera-t-il plus rapide qu’Android et macOS?

    © AP Photo / Mark Schiefelbein
    Sci-tech
    URL courte
    23380
    S'abonner

    Face à la perspective d’être privé du système d’exploitation Android de Google, suite aux restrictions de Washington, le géant chinois Huawei est en train de développer son propre système d’exploitation capable, selon le PDG de l’entreprise, de concurrencer les programmes américains.

    Face à la perspective d’être privé du système d’exploitation Android de Google, suite aux restrictions de Washington, le géant chinois Huawei est en train de développer son propre système d’exploitation capable, selon le PDG de l’entreprise, de concurrencer les programmes américains.

    Même si fin juin le Président américain a annoncé un assouplissement des restrictions imposées à Huawai, l’entreprise chinoise élabore son propre système d’exploitation au cas où elle ne serait plus autorisée à utiliser Android pour ses appareils.

    Selon Ren Zhengfei, le fondateur et PDG de Huawei, le nouveau système d’exploitation, portant le nom d’Ark OS, est destiné à être utilisé sur de nombreux types d’appareils.

    «Le système d’exploitation sur lequel nous travaillons devrait être compatible avec des circuits imprimés, les postes d’aiguillage que sont les switch, les routeurs, les smartphones ou encore les data centers», a-t-il déclaré dans une interview accordée au magazine Le Point.

    Et d’ajouter:

    «Nous construisons ce système pour rendre possible l’interconnexion de tous les objets, de manière synchronisée. C’est ainsi que nous pourrons nous projeter vers une société intelligente.»

    Répondant à la question de savoir si Ark OS serait plus rapide qu’Android ou macOS d’Apple, M.Ren se montre optimiste: «c’est très probable», lance-t-il avant d’ajouter que pour rivaliser avec Google et Apple, son entreprise manque encore d’«un bon écosystème d’applications». Ainsi, la création d’une alternative au Google Play et à l’App Store reste pour Huawei un objectif important.

    Huawei sous coup des sanctions américaines

    Donald Trump a signé mercredi 15 mai un décret interdisant aux entreprises américaines d'utiliser du matériel de télécommunication fabriqué par des entreprises présentant un risque pour la sécurité nationale, ce qui revient à interdire aux groupes américains de faire affaire avec Huawei. Google a suspendu sa coopération avec le géant des télécoms chinois et ne fournira plus de logiciels, de matériel informatique et de services techniques à Huawei à l'exception des services disponibles en open source.

    Pour le moment, Huawei bénéficie de 90 jours de répit, ce qui lui laisse jusqu'au 19 août pour s'organiser ou espérer qu'un accord soit trouvé d'ici là entre les États-Unis et la Chine dans la guerre commerciale qui les oppose.

    Le Président Trump a évoqué samedi 29 juin un possible assouplissement des restrictions, notamment la vente «d'équipement qui ne pose pas de grand problème de sécurité nationale».

    Lire aussi:

    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Tags:
    sanctions, Donald Trump, Google, Android
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik