Sci-tech
URL courte
160
S'abonner

Un logiciel malveillant qui simule l’application WhatsApp a été isolé par la société israélienne Check Point Research. Plus de 25 millions d’appareils à travers le monde sont déjà contaminés par ce virus.

Des analystes de l’entreprise israélienne Check Point Research ont détecté un virus informatique capable de se dissimuler sous l’apparence d’applications connues, a annoncé la société via un communiqué sur son site Internet.

Ce programme malveillant contamine l’appareil en profitant de vulnérabilités dans le système d’exploitation Android. Ce virus informatique s’insère dans le dispositif lorsque l’utilisateur télécharge des logiciels de retouche photo ou un jeu. Ensuite, il se masque et imite la page d’accueil de la messagerie WhatsApp ou celle d’un navigateur, qui sont alors inondées de publicités irritantes.

Selon les informations données par l’entreprise, plus de 25 millions d’utilisateurs sont touchés par ce virus informatique dans le monde entier. La majorité des appareils contaminés sont indiens, avec environ 15 millions des cas constatés par les analystes.

Le virus se répand à travers le catalogue d’applications et de jeux gratuits 9apps appartenant à la société chinoise Alibaba, est-il précisé. Des experts ont également trouvé un logiciel malveillant semblable dans Google Store. Des représentants de ce service ont souligné que l’application avait déjà été supprimée du magasin.

Auparavant, Kaspersky Lab avait révélé une version actualisée de l’espiogiciel FinSpy permettant d’accéder à de nombreuses données personnelles sur les appareils mobiles, notamment à celles des messageries sécurisées WhatsApp et Telegram.

Lire aussi:

Le pays vers lequel a fui l’ex roi d’Espagne soupçonné de corruption révélé par la presse espagnole
Voici pourquoi il vaut mieux poser votre smartphone l'écran vers le bas
Un habitant de Nice sacrifie un mouton dans sa baignoire pour l’Aïd el-Kebir – vidéo choc
Tags:
smartphones, publicité, application, appareils, utilisateurs, Google Play, virus informatique, logiciel, WhatsApp
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook