Ecoutez Radio Sputnik
    Cellule souche

    Ces «emplâtres» de cellules souches pourraient remédier à l’ischémie

    CC BY 2.5 / Vojtech.dostal / Embryonic Stem Cells
    Sci-tech
    URL courte
    0 50

    Des médecins russes et chinois ont créé une sorte d’«emplâtre» à base de cellules souches accélérant la régénération des muscles et autres tissus après une rupture subite de la circulation sanguine. Les résultats des premières expériences sur les rats ont été publiés dans International Journal of Molecular Sciences.

    Une équipe de chercheurs russes et chinois affirment avoir élaboré un moyen à base de cellules souches pour répondre à une ischémie, diminution ou arrêt de la circulation artérielle dans une région plus ou moins étendue d'un organe ou d'un tissu, comme la définit le Larousse.

    «Nous avons obtenu des résultats qui nous donnent toutes les raisons de promouvoir cette technologie cellulaire suite aux premiers tests faits sur des animaux et donc de les essayer cliniquement sur des malades atteints d'ischémie sur les membres inférieurs, pouvant aboutir à l’amputation et au handicap», annonce Elena Parfenova, spécialiste de l’université d’État de Moscou et du centre national de médecine des recherches cardiologiques de Moscou.

    Selon l’OMS, l’attaque vasculaire cérébrale et la cardiopathie ischémique, et les complications qui en découlent, demeurent les raisons majeures d’une mort prématurée. Chaque année, ces maladies cardiaques tuent à sept millions de personnes dans le cas d’une l’ischémie, et à cinq millions pour l’AVC.

    Cellules souches pour lutter

    Depuis des années, les cellules souches sont étudiées pour lutter contre les conséquences de l’ischémie cardiaque. D’après les scientifiques, ces «préparations» pour muscles, neurones et autres cellules devraient remplacer des corpuscules morts et ainsi aider les tissus à survivre et rétablir leur fonctionnement. Les premiers essais ont été un échec: les cellules souches, même si elles apportaient des modifications génétiques notables en accélérant la croissance des tissus, n’influençaient guère sur la réhabilitation des animaux testés.

    Les chercheurs russes et chinois pensaient que c’était lié à la différence entre les cellules souches in vitro et celles issues des tissus «vivants», dont le comportement dépend de leurs «voisins» et de l’environnement, y compris des molécules de signalisation produites par des corpuscules affectés.

    Lors des essais précédents, des suspensions avaient été utilisées. Elles contenaient des cellules souches solitaires insensibles aux signaux. Guidés par cette idée, les médecins ont mis au point des «emplâtres» qui tissent des cellules des gènes modifiés HGF avec la structure des protéines initiale. Trois semaines après le début de l’expérience, le flux sanguin des rats avait augmenté de 70%.

    De plus, les «emplâtres» avaient contribué à la régénération des cellules nerveuses, accélérant ainsi la convalescence des animaux. Les spécialistes espèrent désormais que les résultats de leurs recherches seront utilisés dans la médecine.

    Lire aussi:

    La diplomatie polonaise assure avoir trouvé le moyen d’«effrayer la Russie»
    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    La Chine prête à l’«option nucléaire» dans sa guerre commerciale avec les États-Unis
    Tags:
    maladies cardio-vasculaires, cellules souches
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik