Sci-tech
URL courte
0 50
S'abonner

Des chercheurs de la chaire des métaux non ferreux et de l'or de l'Université nationale de science et de technologie MISiS ont trouvé un moyen permettant de réduire le coût de production du magnésium technique, largement utilisé dans l'aviation et l'industrie de la défense, a annoncé le service de presse de l'université.

Le magnésium pur traditionnel est obtenu par l'électrolyse de son composé, MgCl2, dans un milieu chloré où il se décompose électrolytiquement. Sachant que sur 100% du courant utilisé pour l'électrolyse, seulement 80% sont «amortis» et les 20% restants sont gaspillés.

«Dans les conditions habituelles de l'électrolyse des composés de magnésium-chlore, sur la cathode se forme du magnésium liquide et sur l'anode du chlore gazeux. Étant donné que les gouttes de magnésium se mélangent au gaz, elles se recomposent facilement. Nous avons trouvé un moyen d'empêcher ce processus en diminuant la température de l'électrolyte pour forcer le magnésium à se déposer sous forme solide», a déclaré le directeur de la recherche Andreï Lyssenko, dont les propos sont repris dans le communiqué.

En particulier, il s'est avéré qu'en augmentant assez rapidement la température de l'électrolyte, en l'espace d'une heure, en forçant le magnésium à fondre, puis en extrayant rapidement le magnésium fondu de l'électrolyte, on perdait moins de 5% du métal contre 20% avec la technologie traditionnelle. De cette manière, les chercheurs sont parvenus à augmenter l'extraction de magnésium de 15%, tout en réduisant la consommation d'électricité de 5%. Au final, la productivité des usines de production de magnésium pourrait augmenter jusqu'à 10%.

A court terme, promet l'université, les chercheurs comptent se pencher sur l'automatisation de l'ensemble du cycle - de la fonte du chlorure de magnésium dans l'électrolyte jusqu'à l'extraction de l'alliage du magnésium fini.

Lire aussi:

Emmanuel Macron annonce la réintroduction du confinement en France métropolitaine
Le Kremlin réagit après les piques de Kadyrov contre Macron
Armés de marteaux et de couteaux, des militants turcs et arméniens s’affrontent sur l'A7 - images
Tags:
recherche, aviation, Université nationale de technologie et de recherche (MISIS)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook