Sci-tech
URL courte
13255
S'abonner

Cesser de produire de la viande aux USA aurait pour effet une diminution d’émissions équivalente à l’arrêt de 60 millions de véhicules par an, ont affirmé des chercheurs américains dans une étude publiée dans la revue Scientific Reports. Ils ont créé un modèle de conséquences environnementales en cas d’abandon de ce régime alimentaire.

Alors que la consommation de viande augmente de plus en plus, des chercheurs américains ont calculé les effets possibles de son arrêt total pour l’environnement, relate Business Insider, se référant à une étude publiée dans la revue Scientific Reports le 11 août.

Une pollution égale aux émissions d’un État

Selon les chercheurs, l’industrie de l’élevage est responsable de 18% de toutes les émissions humaines de gaz à effet de serre au niveau international. Cette part de la pollution est plus importante que l’intégralité de celle émise par les transports, est-il précisé.

Ils ont suggéré que si toute la population des États-Unis devenait végétarienne, renonçant complètement à tous les types de viande, ce changement de régime alimentaire au niveau national éviterait de produire 280 milliards de kilos de dioxyde de carbone par an. Il s’agit de l’équivalent des émissions de 60 millions de voitures circulant aux États-Unis, ou de celles d’un État américain comme, par exemple, l’Ohio.

De plus, la substitution de la viande par de la nourriture végétarienne permettrait de sauvegarder également 29 millions d’hectares de terres cultivées dans un objectif d’élevage aux États-Unis, ainsi que 3 milliards de kilos d’engrais azoté.

La déforestation

Un autre problème évoqué par les chercheurs, étroitement lié à la production de viande, est la déforestation. D’après les données citées par les chercheurs, 30% des terres du monde entier sont utilisées pour élever et nourrir le bétail. Les facteurs tels que la dégradation de la qualité de l’eau ainsi que la pollution des terres et de l’air par la production de méthane contribuent eux aussi à la déforestation, est-il indiqué dans leur rapport.

Repenser le régime alimentaire

Des experts du climat à l’Onu (GIEC) s’inquiètent du coût environnemental de la production de viande et appellent à revoir le mode d’alimentation carnivore:

«Des régimes équilibrés reposant sur des aliments à base de plantes, tels que ceux fondés sur les céréales secondaires, les légumineuses, les fruits et légumes, les fruits à coque et les graines et des aliments d'origine animale produits dans des systèmes résilients, durables et à faibles émissions de gaz à effet de serre présentent d'importantes opportunités.»

Les chercheurs citent un seul inconvénient de l’agriculture, qui serait plus développée en cas d’abandon de la production de viande aux États-Unis: la consommation d’eau augmenterait de 15%.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
bétail, déforestation, élevage, consommation, végétariens, émissions, chercheurs, Ohio, États-Unis, production, viande, environnement, pollution
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook