Ecoutez Radio Sputnik
    sommeil

    Attention, insomniaques! Les risques du manque de sommeil révélés

    CC0 / C_Scott
    Sci-tech
    URL courte
    140
    S'abonner

    Les personnes souffrant d'insomnie ont un risque accru de développer une maladie coronarienne, un accident vasculaire cérébral et une insuffisance cardiaque, affirment des scientifiques suédois. L'étude est reprise par un communiqué de presse d’EurekAlert!.

    AVC, maladie coronarienne ou encore insuffisance cardiaque, voici ce que risquent les insomniaques, d’après les résultats d’une étude de scientifiques suédois de l'Institut Karolinska de Stockholm, dont les résultats ont été publiés sur EurekAlert!.

    Les chercheurs ont analysé les données de 1,3 million de participants de l’étude. Ils ont utilisé la méthode de randomisation mendélienne, qui prend en compte les facteurs génétiques de l'insomnie, pour définir une liaison entre le manque de sommeil et les maladies cardiaques.

    L’équipe de chercheurs a révélé que posséder des combinaisons de gènes qui contribuent à l'insomnie augmente le risque d'accident vasculaire cérébral et d'autres maladies cardiaques.

    Selon des études précédentes, l'insomnie, qui touche 30% de la population mondiale, augmente les risques d’insuffisance cardiaque. Cependant, ce type de recherche d’observation n’est pas en mesure d'identifier les rapports de cause à effet.

    D’après une autre étude réalisée par des chercheurs de l’université de l’Arizona, une mauvaise nuit de sommeil pourrait entraîner une hausse de la pression artérielle la nuit même et le lendemain.

    Lire aussi:

    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Un couple achète un vieux château en France et se met à gagner des millions – photos
    Ils font une découverte macabre à l’intérieur d’un crocodile de 4 mètres
    Tags:
    étude, chercheurs, insomnie, sommeil
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik