Sci-tech
URL courte
0 172
S'abonner

Après avoir étonné les astronomes de par sa capacité à laisser derrière lui une double traînée de poussière à l’instar d’une comète, l’astéroïde 6478 Gault a réservé une nouvelle surprise. Il s’est avéré qu’il était capable de changer de couleur, une première dans l’histoire de l’astronomie.

Des astronomes de l’institut de technologie du Massachusetts ont établi que l'astéroïde 6478 Gault changeait périodiquement de couleur, selon Science Alert.

Jamais auparavant un tel phénomène n’avait été aperçu, même lorsque les astéroïdes étaient observés en temps réel. En ce qui concerne le 6478 Gault, une couleur rougeâtre cède la place à une teinte bleue, comme l’a immortalisé l'Infrared Telescope Facility  de la NASA.

«C’est une énorme surprise», a commenté l’astronome Michael Marsset. «Nous pensons avoir vu l'astéroïde perdre sa poussière rougeâtre dans l'espace, et nous voyons ses fraîches couches bleues sous-jacentes».

Ceci est dû à l’effet YORP, c’est-à-dire la façon dont la lumière du Soleil peut être absorbée de manière inégale par un astéroïde, le faisant ainsi tourner pendant des millions d’années. Cette rotation rapide pourrait toutefois entraîner la destruction de 6478 Gault. Avant que cela ne se produise, les spécialistes voudraient toutefois pouvoir confirmer leurs hypothèses concernant l'effet YORP.

Découvert en 1988, le 6478 Gault avait déjà suscité la curiosité des astronomes, une double traînée de poussière se trouvant derrière lui, «un peu comme une comète», toujours selon M.Marsset.

Son diamètre est d’environ 3,7 km et il se situe entre Mars et Jupiter, à une distance de 345,6 millions de km du Soleil.

Lire aussi:

«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
«Sale juif, sale race»: il est pris à partie dans un immeuble parisien, sa Rolex est volée
Des dizaines de malfrats agressent une famille en Loire-Atlantique puis les suivent à l’hôpital
Tags:
comète, astéroïde, astronomie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook