Sci-tech
URL courte
390
S'abonner

L’entreprise Samsung conseille à ses clients d’effacer leurs empreintes digitales sauvegardées sur leurs portables de la marque, à la suite d’une faille de sécurité qui vient de toucher le modèle de smartphone Samsung S10, relate The Sun.

Une faille de sécurité de la fonction de lecture d’empreintes digitales censée protéger le smartphone du déblocage par une tierce personne a été reconnue par Samsung. L’entreprise a conseillé à ses utilisateurs d’effacer leurs empreintes digitales enregistrées sur les portables, relate le quotidien britannique The Sun.

Un échec de cette fonction a été remarqué par une Britannique qui a alerté le quotidien. Elle a expliqué que son portable, un modèle Samsung S10, avait pu être facilement débloqué grâce à une empreinte digitale qu’elle n’avait jamais enregistrée sur son smartphone. Ainsi, afin de tester s’il s’agissait vraiment d’une faille de sécurité, la femme a demandé une autre personne de déverrouiller son portable, ce qui a été possible sans le moindre obstacle de la part du système de sécurité du téléphone.

Ensuite, elle a entrepris de le débloquer en plaçant simplement une protection d’écran sur le lecteur d’empreintes, ce qui encore une fois n’a pas empêché une autre personne d’avoir accès à son téléphone.

L’entreprise, informée de cette faille, a reconnu que les lecteurs d’empreintes digitales peuvent parfois être dupés par certaines protections d’écran en silicone et a indiqué que la mise à jour corrective a été planifié pour la semaine prochaine. Entre temps, tous les utilisateurs sont appelés à supprimer leurs empreintes digitales et à ne pas utiliser la fonction.

Lire aussi:

Trois faux policiers interpellés à Paris en pleine arrestation raciste censée discréditer la police
Une nouvelle vidéo montre ce qui se passe juste avant la mort de George Floyd
Un drone filme une foule détruire une colonne entière de voitures de police à Philadelphie – vidéo
Tags:
faille, sécurité, Samsung, portable
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook