Ecoutez Radio Sputnik
    Un astéroïde (image d'illustration)

    Un immense astéroïde frôle la Terre, la Nasa ne le voit pas

    CC0 / Pixabay/Frantisek_Krejci
    Sci-tech
    URL courte
    141221
    S'abonner

    La Nasa ne s’est rendu compte qu’un immense astéroïde fonçait sur la Terre qu’un seul jour avant que celui-ci ne la frôle à une vitesse 30.577 km/h. Un délai qui empêche la moindre mesure d’être prise.

    La Nasa n’a pas vu un astéroïde de la taille d’un bus à impériale qui est passé trois fois plus près de la Terre que la distance entre notre planète et la Lune, relate le Sun.

    Connu sous le nom de 2019 VA, ce corps céleste de presque 13 mètres est passé à moins de 65.100 milles (104.768 km) de notre planète samedi 2 novembre dans l'après-midi. La Lune se trouve quant à elle à une distance d’environ 240.000 milles (386.242 km).

    Selon le média, la Nasa a indiqué que ses radars de suivi d’astéroïdes ne l’avaient pas détecté jusqu’à ce que le délai soit trop court pour agir. Le Jet Propulsion Laboratory de l’agence spatiale américaine explique que le corps céleste a été détecté une seule journée avant de passer à une vitesse 30.577 km/h près de la Terre.

    D’après le site d’information, la Nasa a juste eu le temps de calculer son orbite et de déterminer qu’il ne menaçait pas la Terre.

    L’agence spatiale américaine classe les corps célestes dans la catégorie «potentiellement dangereux» lorsqu’ils passent à moins de sept millions de kilomètres de la Terre et ont un diamètre supérieur à 140 mètres.

    Astéroïde C0PPEV1

    Auparavant, l’astéroïde C0PPEV1 s’est approché de la Terre plus près que n’importe quel autre objet géocroiseur (NEO) ce vendredi 31 octobre, survolant vers 14h45 UTC l'Afrique du Sud à quelque 6.200 km d’altitude.

    Astéroïde 162082

    Vendredi 25 octobre, l'astéroïde 162082, classé comme potentiellement dangereux, est passé près de la Terre à une distance d’environ 6,2 millions de kilomètres.

    Tags:
    espace, danger, lune, Terre, astéroïde, NASA
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik