Ecoutez Radio Sputnik
    serpent à sonnette

    Une maladie rare «momifie» des serpents en Californie

    CC0 / Foto-Rabe
    Sci-tech
    URL courte
    3717
    S'abonner

    Des herpétologistes californiens sont préoccupés par une maladie fongique qui atteint des espèces locales de serpents. La maladie affecte leur peau et leurs yeux et fait ressembler les animaux à des «momies», selon Live Science.

    Le Département californien de la Pêche et de la faune sauvage a confirmé le 5 novembre plusieurs cas de la maladie provoquée par le champignon Ophidiomyces ophiodiicola, qui a atteint des serpents de l’État, écrit Live Science.

    ​Il s’agit de la propagation d’une maladie repérée pour la première fois en 2008 et qui a touché depuis plus de 30 espèces de serpents en Europe et aux États-Unis. Au moins 23 État américains ont signalé des cas de contamination. En 2018, la maladie a été détectée dans l’Idaho et en mai 2019, les premiers spécimens affectés ont été retrouvés en Californie, ce qui signifie que l’épidémie se propage vers l’ouest.

    Selon le communiqué du Département, la maladie peut entraîner la mort de l’animal dont la peau se couvre de croûtes et d’ulcères. Les yeux du reptile atteint deviennent opaques et sa tête gonfle ou se déforme. L'infection peut également aboutir à la disparition répétée de la couche supérieure de la peau infectée. Les serpents touchés sont souvent émaciés, peut-être en raison d'une capacité réduite à capturer leurs proies, et se reposent souvent dans des zones ouvertes et non protégées où ils sont exposés aux intempéries et aux prédateurs.

    La maladie s’attrape de différentes manières: soit elle pénètre l’organisme d’un animal soufrant des lésions sur la peau, soit par contact direct avec d'autres serpents infectés. Chez certaines espèces, les femelles peuvent également la transmettre à leur progéniture. Pour le moment, rien n’indique que la maladie pourrait se propager aux humains.

    Tags:
    maladies, États-Unis, Californie, serpents
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik