Sci-tech
URL courte
136
S'abonner

WhatsApp est affecté par une faille de sécurité par laquelle des hackers peuvent vous envoyer un fichier MP4 spécialement élaboré qui pourrait par la suite infecter votre portable en en donnant l’accès aux malfrats, a averti Facebook.

L’entreprise de Mark Zuckerberg, qui possède également la messagerie WhatsApp, a donné l’alerte quant à des hackers capables de se frayer un accès aux smartphones par de faux appels sur WhatsApp. Ceci arrive plusieurs mois après que le logiciel espion Pegasus a engendré un scandale en Inde, menant à des poursuites judiciaires contre une entreprise de surveillance israélienne.

Facebook a averti qu’une faiblesse dans le système de sécurité pouvait permettre à des hackers d’envoyer «un fichier MP4 spécialement élaboré» aux utilisateurs d’Android et iOS. Cette faille ressemble à celles découvertes ce printemps et qui avaient été utilisées pour infecter des téléphones avec un code malveillant, développé par la société israélienne NSO Group, et qui aurait pu être injecté dans les téléphones même si les utilisateurs n’avaient pas pris l’appel.

Cette entrée vulnérable a été consolidée par la suite mais les cyberattaques ont provoqué un scandale en Inde parce que plus de 20 avocats, journalistes et militants de droits de l'Homme locaux se trouvaient parmi les 1.400 utilisateurs affectés dans le monde entier.

Un logiciel espion frappe WhatsApp

Pour rappel, la messagerie WhatsApp a été infectée ce printemps par un logiciel espion baptisé Pegasus et développé par la société israélienne NSO Group. Celui-ci permet d’allumer le microphone et la caméra d’un téléphone, de parcourir courriels et messages et de collecter des données de localisation.

Lire aussi:

Un très fort bruit d’explosion entendu à Paris et en Île-de-France
Naufrage économique mondial à venir? Un célèbre investisseur suisse craint des révolutions
Détonation entendue à Paris: pourquoi l’avion de chasse a-t-il été mobilisé?
Tags:
cyberattaque, logiciel, WhatsApp
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook