Ecoutez Radio Sputnik
    L'écriture

    Un laser pour déchiffrer l'état psychique d'une personne à partir de son écriture

    CC0 / Free-Photos
    Sci-tech
    URL courte
    236
    S'abonner

    Des chercheurs ont étudié la biomécanique du mouvement de la main lors de l'écriture, et ont mis au point une méthode permettant d'évaluer les particularités individuelles de la vitesse d'écriture et de la pression avec un crayon sur le papier. La méthode pourrait s'avérer très efficace dans le diagnostic de différentes maladies nerveuses.

    Des chercheurs de l'Université nationale de recherche nucléaire MEPhI (Institut d'ingénierie physique de Moscou) ont étudié avec des confrères étrangers la biomécanique du mouvement de la main lors de l'écriture et du dessin, et ont mis au point une méthode unique permettant d'évaluer les particularités individuelles (y compris les déviances) de la vitesse d'écriture et de la pression avec un crayon ou un stylo sur le papier. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Laser Physics Letters.

    Ce travail a utilisé la méthode de diffusion dynamique de la lumière. En traversant des milieux denses opaques (tissus biologiques, papier), le rayonnement laser se diffuse sur leurs éléments structurels internes et se divise en une multitude de rayons composés de lumière très fins. Les parties de la lumière diffuse interfèrent en formant des zones d'interférence positive et négative, ce qu'on appelle des tavelures ou chatoiements laser.

    Schéma du dispositif pour mesurer les particularités de l'écriture à l'aide de la diffusion dynamique de la lumière
    © Photo.
    Schéma du dispositif pour mesurer les particularités de l'écriture à l'aide de la diffusion dynamique de la lumière

    En cas de présence d'un mouvement dans le milieu, on observe une vibration de l'image de la tavelure interférentielle. L'analyse de la vibration des tavelures permet d'évaluer quantitativement les propriétés structurelles du milieu diffusant la lumière.

    «La méthode d'analyse des tavelures laser est très sensible à toute action mécanique, même si ces changements ont lieu à un niveau micro- ou nano-. Tous les changements des propriétés structurelles et physiques sont enregistrés par une caméra numérique rapide, puis un algorithme informatique spécial effectue des calculs et restitue l'information précise sur la nature du mouvement de la main et du stylo/crayon en trois dimensions dans le temps. Nous supposons que cette méthode peut être utilisée par les criminalistes pour une analyse systémique et l'étude des particularités de l'écriture des criminels, de leurs victimes et des témoins du crime», commente Igor Meglinski, auteur de l'étude, professeur aux universités MEPhI et Aston.

    D'après ce dernier, l'objectif principal de cette recherche consiste à intégrer ses résultats dans la médecine pratique et la criminalistique. Avec la participation du groupe du professeur Viatcheslav Kaltchenko et de l'expert diplômé en matière de psychiatrie légale et d'expertise en écritures le docteur Iouri Kouznetsov (tous les deux de l'Institut Weizmann, Israël), les spécialistes recueillent et évaluent les données et préparent une modification de la méthode pour son utilisation dans la criminalistique. Si besoin, cette méthode pourrait être utilisée pour déterminer l'influence de substances psychotropes sur l'individu.

    Image des lignes qui se croisent sur la surface papier obtenue à l'aide d'un microscope de scan laser.
    © Photo.
    Image des lignes qui se croisent sur la surface papier obtenue à l'aide d'un microscope de scan laser.

    D'après les chercheurs, cette méthode pourrait s'avérer très efficace dans le diagnostic sans contact de différentes maladies nerveuses et psychiques - autisme, Alzheimer et Parkinson, épilepsie, schizophrénie. En particulier, en travaillant avec un enfant, en fonction de la manière dont il dessine ou écrit, il serait possible d'évaluer le progrès de la maladie ou l'efficacité du traitement choisi, de la réhabilitation.

    Hormis l'Université MEPhI, l'Université Aston (Birmingham, Royaume-Uni), l'Université d'Oulu (Finlande) et l'Institut Weizmann (Rehovot, Israël) ont participé à cette étude.

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Tags:
    Université nationale de recherche nucléaire (MEPhI)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik